Dansons dans les champs

Publié le par sonja




Depuis la fenêtre de sa chambre, elle guette la venue du troublion.
Le soleil se laisse déjà couler sur les grands arbres entourant la maison. Des reflets éclatent sur le feuillage légèrement soulevé, par la brise matinale. Elle entend les sons du coq. Dans le lointain il s'égosille afin de se faire bien entendre. Le chien de la ferme proche, lui fait écho.

Un long soupir soulève sa poitrine. L'enfant se sent déjà séduite par la nouvelle journée.
Comme elle aime ces vacances qui la ramène dans la maison familiale. A chaque retour elle la retrouve avec plus de charme.
Cernée de toute part par la nature elle a l'impression de se trouver dans un pays magique. Elle s'invente des vies et des modes d'emplois, d'elle seule connus.
Enfin, le voici qui se colle sur le rebord de la fenêtre. Sa longue queue fine, et colorée est ce qui l'a toujours le plus impressionnée. La silhouette même de l'oiseau l'emporte vers une joie qu'elle ne mesure plus. Cette petite tête noire, au corps gracile et taché, de jaune et de rouge la fait rêver d'un lieu où elle voudrait se rendre. Le voilà qui s'approche. Il la regarde sourire, puis se met à donner des coups léger contre la vitre. Une convenance prise à deux. Elle ouvre sous la demande. Il s'infiltre à l'intérieur de la pièce. Fuse alors le rire cristallin de l'enfant. Elle le laisse se produire dans un milieu qu'il connait bien maintenant.

Assise à présent sur le bord du lit, elle le laisse faire. Il se pose sur le bureau. Semble tourner une page qu'il soulève. Déplace le stylo oublié là. C'est au tour de la table de chevet d'être mise à nue. Enfin il s'installe au pied du lit. Sur elle pose, ses yeux sombres. La tête légèrement penchée.
Un autre rire fait réagir le poids plume. Il s'avance.
Elle n'ose toujours pas avancer la main pour une caresse. Elle craint qu'il ne prenne la fuite. Pourtant c'est la deuxième année qu'elle voyage ainsi, avec cet oiseau, dès que les vacances arrivent.
Une amitié qui semble durer et qui n'appartient qu'à eux seuls.
A coups d'ailes le voilà de nouveau à l'extérieur. Il l'attend, elle le sait...
Après un rapide petit-déjeuner du côté de la cuisine, elle dévale les quelques marches de l'extérieur. Non sans avoir oublié de claquer la porte. Et avoir écouté un cri aigu venu de la cuisine. C'est que grand-mère sursaute au moindre bruit...
C'est le parfum des fleurs qui l'accueille. Ainsi que son ami qui avance de branche en feuille.
Les fleurs semblent frissonner de plaisir. Leurs robes au rose tendre, ou de blanc parées, la soie de ces belles, froufroutent sous la caresse des premiers rayons.
Le bel oiseau se pose sur l'une d'elle. Se ploie légèrement la tige. Le chant délicat s'échappe de la gorge de l'animal, et vient envelopper gracieusement, la jeune fille.
Du haut de ses dix ans, Pauline se sent importante, par tant de joyeuse sollicitations. Son ami l'encourage à avancer et à se perdre dans ce champ aux couleurs du printemps.

Ensemble ils s'envolent vers des jeux qu'ils inventeront encore.
Elle danse au milieu de son jardin magique, avant de reprendre sa course.
C'est qu'une nouvelle découverte l'attend au bout du chemin...




Juste un morceau de texte, tiré de l'une de mes histoires, écrite pour mon petit fils...
Pour un petit voyage à deux dans son monde imaginaire.

 

Commenter cet article

Alrisha 10/06/2010 16:17



Oui, j'ai reconnu là, ta pâte d'écrivaine et je sentais que c'était des moments qui pouvaient plaire à un enfant. Courts instants d'intimité entre l'oiseau et l'enfant !


Bonne fin de soirée Sonia, bises !



écureuil bleu 23/05/2010 16:43



C'est drôlement beau, Sonia et ton petit-fils a bien de la chance que tu lui racontesd'aussi jolies histoires !



jardin zenbelles émotions 22/05/2010 22:44



belles émotions...alors tu es mamie...,je t'imaginais toute jeune fille .la faute à la fraîcheur de tes mots ....superbe


bizzzzzzz


 



Norbert794 18/05/2010 22:04



Bonsoir mon amie. Belle plume et jolis mots simples mais chargés d'émotions et de sentiments... Bravo... Très agréable à lire, et très accrocheur... Bravo... Amitiés...



virjaja 18/05/2010 14:31



souvenir de petits déjeuners et de brassées de felurs chez ma grand-mère, merci Sonja. gros bisous. cathy