Pointes pourpres

Publié le par sonja



Un arbre qui déborde d'une murette,

Pointe son champ fleuri.

De pourpre se sont parées les fleurs,

Juste pour faire valoir la beauté du feuillage.

Elles deviennent la coupe des pétales,

Légères comme des plumes.

Au toucher, c'est comme une caresse velours.

De leur vert écrin, elles piquent à la rencontre du soleil.

Quand frise le feuillage sous les rayons,

L'oiseau s'y cache pour retrouver son parfum favori.

Un frisson de bonheur parcourt l'observateur.

C'est que dame nature sait se faire désirable.

Elle fait sourire son environnement,

Dès les premiers rayons.

Un décor de jardin, à rendre jaloux

S'attarde le promeneur,

Au pied de la coquette, débordant d'une murette



Publié dans Prose poétique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alrisha 10/06/2010 16:19



Oh, oh, je reconnais !!!! C'est à Gandelu ! Tu vois, je reconnais bien mes environs !!!


N'hésite pas à me proposer plusieurs dates pour venir ! Je verrai avec toutes mes "obligations" diverses !


Bises Sonia !


 



écureuil bleu 23/05/2010 16:40



Très joli poème pour accompagner cette plante qui déborde de la murette ! Bisous



chantal74 20/05/2010 23:23



Magnifique, je les adore ces Vinaigriers et s'ils n'étaient pas si envahissants mais je les laisse faire. Tes photos sont superbes ainsi que les mots qui vont avec.


Douce soirée Sonia


bises


chantal 



cão 20/05/2010 15:11



Mais,


comment suspendre son hamac au sumac ?


 






pat 71 20/05/2010 14:50



Majestueux cet arbre ici temps gris la pluie arrive A+