Terre en ebullition (suite et fin)

Publié le par sonja

L'effet de serre n'es pas d'origine naturelle car elle contient du carbone radioactif. Ces gaz à effet de serre, ce sont les humains qui les ont créé. Les scientifiques font des observations sur la nature depuis 40 ans. L'évolution du climat ne peut être expliqué que par les activivtés humaines.
Bien qu'ils ne puissent conclure, les scientifiques tirent la sonnette d'alarme.
Les pluies en augmentation sont plus violentes dans les pays temperés. Là où il y a déjà de l'eau, encore plus d'eau. Donc, des inondations. Les cyclones seront plus nombreux. L'augmentation des secheresses se fera sentir sur le pourtour Mediterranéen et Americain. Le courant océanique a ralenti. N'oublions pas l'augmentation de l'eau des mers. Même si l'activité humaine s'arrêtait aujourd'hui, le niveau de la mer augmenterait avec effet à retardement. Quoique l'on fasse, on n'y coupera pas, dans 100 ans, ou 150 ans.
Voilà qui donne à réfléchir sur l'insouciance humaine.
Vous imaginez le déplacement des populatioins ?
Aujourd'hui nous déplorons l'immigration qui ne se compte que par quelques centaines de milliers chaque année. Mais des centaines de millions, fuyant leurs pays ? Qui arrêtera ce flot d'humains en grand danger ? Avons nous seulement pensé aux difficultés pour avoir accès à l'eau, de cette humanité en souffrance ? Il y aura des tensions avec les populations en déplacement. Que rien ni personne ne pourra arrêter.
L'été 2003 sera la norme d'ici 50 ans.
Il y aura bien sûr, une baisse des rendements en agriculture.
Au niveau santé : des problèmes respiratoires. Des maladies à cause de vecteurs de propagation (moustiques), 60 % de personnes seront atteintes de paludisme, de la dingue, etc...
La guerre, le terrorisme à venir, seront la conséquence directe, de la pollution. Elle exacerbe les tensions. Qui dit conflits à l'échelle mondiale, dit problème transversal.
Personnellement on peut faire quelque chose, bien sur. Mais la  bonne volonté  seule des gens ne suffit pas. Les politiques doivent s'y mettre aussi. Relever leurs manches.
L'energie est à revoir. Côté transport on peut limiter l'usage des véhicules individuels.
Pour ce qui est de la construction, pour les batiments, il serait judicieux d'utiliser moins de ciment, au bénéfice de la brique et du bois.
Une agriculture raisonnée est à encourager. L'industrie doit penser avenir et non profit et stock options. Il y a encore une marge à ce niveau. Les efforts à faire ne doivent pas concerner les générations futures, mais déjà pour le siècle prochain. Pour nos enfants ou petits enfants que nous avons à nos côtés.
Actuellement on parle. On recommande. On a des lois. Mais on ne fait rien. Les hommes politiques ont des discours de bonne intention, pourtant, rien n'est fait.
En France nous sommes en retard par rapport à l'énergie renouvelable. On s'est retranché derrière l'énergie nucléaire. Est ce que la croissance est compatible avec l'émission d'oxyde de carbone ? Plus il fera chaud, plus la mer aura du mal à l'absorber.
Les océans s'acidifient. Ceci est une évolution récente observée par les scientifiques.
La sensibilité politique il la faut, sinon, cela ne sert à rien. Nos hommes politiques ont signé ou singé (les même lettres se réunissent) la charte de Monsieur Hulot. Poussés par les effets de la campagne présidentielle ? Pourquoi autrement ? Aucun n'ont parlé d'environement. Nous sommes une société de consommateurs. Mais les objets de consommation ne sont pas recyclables. Nous consommons. Puis nous jetons.
Il n'y a pas de volonté politique en France. On ne veut pas sauver notre environnement.
Et à l'échelle mondiale ?
Suivez le guide...
Parler de tous les problèmes humanitaires, c'est un devoir ! Le chaos est mondial. Mais passer outre aux avertissements repêtés et pressants, de ceux qui mesurent les dégats planétaire, c'est croire que l'illusion sera maintenue en l'état.
Le danger est à notre porte. Qu'on l'admette, ou qu'on refuse cette réalité, nous nous trouvons devant le tribunal de la nature. Son jugement sera sans appel !
Allons nous continuer à nous cacher l'évidence ? Ou bien allons nous réagir ? Appauvrir encore plus notre planète, cela voudra dire appauvrir encore bien plus, ces nations qui ont déjà si peu pour vivre. En écartant encore et toujours les deux pôles, la colère des peuples augmentera en intensité. Et toutes les armés du monde. Toutes les armes stoquées, ne suffiront pas pour stoper la marche de l'humanité en fuite, devant le changement climatique.
Dès lors, on peut en rire... ou en pleurer.
A nous d'interroger. Ou de nous interroger.

Commenter cet article