Santisima Trinidad

Publié le par sonja

 

Malaga fêtes et rues 178-copie-1

 

 

Vous voici donc de nouveau devant mon navire.  Il faut reconnaitre qu'il a de l'allure, quel que soit le côté à observer.
C'est le premier batiment que l'on remarque dès qu'on longe le port. On ne résiste pas à la visite. Il y en a même qui pique-nique à proximité, afin de ne pas le quitter trop tôt.
J'aurais bien aimé le voir toutes voiles tendues.
Et tout comme l'a fait remarquer l'un des commentaires, il n'a en effet pas encore fait escale à Cherbourg. Ni dans aucun autre port français. Il ne pourra jamais le faire d'ailleurs...
Vu depuis le plancher, il a fière allure. De nombreuses années ont vieilli son bois, ce qui lui donne un charme supplémentaire.
Je l'ai admiré durant une bonne heure, je me suis assise prêt de lui, pour remplir mes yeux de l'oeuvre, sortie d'une époque éloignée.

 

 Malaga fêtes et rues 027

 

 

Nous voici devant la lourde porte de notre vaisseau, dont un seul panneau est ouvert.
Tout en pénêtrant à l'intérieur des lieux, une page d'histoire s'impose.

Le Santa Trinidad, surnommé "El Escorial de las mares", était un navire de ligne de premier rang.possédant jusqu'à 136 cannons, lesquels étaient disposés sur quatre ponts. Avec prêt de 5 000 tonnes il fut longtemps le navire le plus grand au

monde, nettement devant ses contemporains HMS Victory et  Bretagne, jusqu'à la construction des vaisseaux de la classe Océan, dont le premier exemplaire est le Commerce de Marseille lancé à Toulon en 1788. 
Et je peux vous assurer que nous nous retrouvons bien petit à côté, lorsque nous levons le regard jusqu'à son mât.
Il est impressionnant !

A l'intérieur, dans le salon bar, une maquette est exposée, pour le regard des visiteurs. Ainsi que quelques autres objets, et quelques données sur le navire.


 

Malaga fêtes et rues 156

 

 

Ses plans ont été conçus par l'architecte naval irlandais Matthews Mullan nommé aussi Matéo Mullan. Construit à La Havane, à partir de 1666, en bois de cèdre américain. Puis il est lancé en 1769 avec trois ponts et 112 cannons sous le nom officiel de Santisima Trinidad y Nuestra Senora de Buen Fin.
Navire espagnol pendant la guerre d'indépendance des Etats Unis d'Amérique, il participa à la bataille du Cap Spartel (1782) au second siège de Gibraltar.

La bataille du Cap Saint Vincent (1797).
En 1795 le vaisseau est largement remanié et on lui installe un quatrième pont continu de sorte de pouvoir disposer de 136 bouches à feu.
Il est vaisseau amiral de José Luis de Cordova lors de la bataille du Cap Saint Vincent, le 14 février 1797, où s'illustre un jeune lieutenant de vaisseau nommé Nelson.
Entouré de nombreux vaisseaux ennemis  tels les HMS Blenheim,   HMS Orion. HMS Irresistible et Hms Excellent, il échappe de peu à la capture.
Largement démâté, la moitié de son équipage tué ou bessé, il amène ses couleurs, mais les anglais ne parviennent pas à s'en emparer, avant qu'il ne soit secouru par le Pelayo et le Prince de Asturias.
Quelques jours plus tard, le Santisima Trinidad est réparé de nouveau et attaqué, vainement, par l'HMS Terpschore du Capitaine Richard Bowen. Il parvient tant bien que mal à rallier Cadix pour réparer.

   

 

Almarchar Village et Malaga port 361

 

 

On peut imaginer les repas pris par les hommes d'équipage, et du maître des lieux. Des hommes brulés par le soleil et l'eau de mer. Des hommes rudes, préparés aux batailles de l'époque, où les pirates sillonnaient les mers;
Une salle spacieuse dans laquelle ils devaient se retrouver rarement, tant ils étaient pris par leurs occupations de marins. 
Un coin bar, qui aujourd'hui, ne voit plus ces marins d'autrefois, mais qui accueille lui aussi un autre genre de clientèle.
Qui fera l'objet de mon prochain article...

 

 Almarchar Village et Malaga port 348

 

 

 

Je laisse la grande salle derrière sa porte à double battant, et me glisse sur le pont. Le soleil m'aveugle un peu, après avoir  voyagé à l'intérieur, où la lumière est offerte en veille. De quoi préserver le mystère.

Puis je me remet  sur mes images d'époque.
Je vous livre donc l'agonie du géant...

C'est déjà un navire ancien qui retrouve Lord Nelson à la bataille de Trafalgar le 21 octobre 1805 où commandé par le Capitaine Francisco Javier Uriarteil il porte la marque de l'amiral Baltasar Hidalgo de Cisneros.
Il est placé au centre de la ligne franco-espagnole, juste en avant du Bucentaure à bord duquel se trouve l'amiral Pierre Silvestre de Villeneuve.
Sans doute en raison de son aspect imposant, il est pris pour ligne de cap par l'escadre de Nelson à bord du HMS Victory.
Durant toute la bataille, le Santisima Trinidad se retrouve au coeur de la mélée pendant laquelle il voit converger vers lui les vaisseaux de Nelson.
Pendant plus de 4 heures, il fait face au feu ininterrompu de nombreux ennemis. Sévèrement touché, ayant perdu deux mâts, le tiers de son équipage tué ou blessé, il semble être le dernier à amener son pavillon et se rend au HMS Neptune, juste avant la nuit.
Très endommagé il est remorqué par le HMS Prince quand il disparait dans la tempête le 24 octobre causant la perte de quelques 300 marins, sans doute sabordé par ses ravisseurs anglais, craignant qu'il ne soit repris par la contre attaque du Capitaine Cosmao Kerjulien.

 

Une fin qui n'a pas dit son dernier mot...
Notre visite se poursuivra sur une seconde page.

 

 

 

Almarchar Village et Malaga port 349

 

 

 

 

 

Publié dans Voyages

Commenter cet article

Aude Terrienne♫ :0025: 07/12/2010 13:03



quelle porte magnifique !



Alrisha 06/12/2010 23:57



Il a bien "bourlingué comme on dit. Il a du en essuyer des tempêtes et des gros coups d'abordage. Il a bien mérité qu'on lui fasse honneur maintenant.


Biiiiiiiiizzzzzzzzz ma Sonia !



Mahina 29/11/2010 16:05



Je t'avais perdue... et suis heureuse que tu sois passée!! Je te mets dans mes liens pour ne plus te perdre!!


Tes deux photos d'en-tête sont superbes!! La Loire a bien belle allure sur la 2ème!


Quant à ton bateau là, il est vraiment beau! Je me rappelle en avoir visiter pour l'armada du siècle à Rouen...Souvenirs...



:0059: LUBY Emy 29/11/2010 10:28



quelle merveille !! on s'imagine bien la vie des pirates/matelots d'autrefois,
On aurait envie de voguer sur les flots avec ce bateau.
ce bateau est de toute beauté, merci du partage bisous



oursonne libre 28/11/2010 21:05



il est chargé d'histoire et particulierement magnifique


un vrai bijou a conserver pour les generations a venir


on pourrait se prendre pour un corsaire en se promenant sur son pont


bisous