On suit le canal

Publié le par sonja

 

013

 

 

C'est donc depuis le port de Roanne que nous avons pris le départ pour une balade à deux, ce jour-là.
Nous nous trouvons à deux kilomètres de chez moi environ, puisque j'habite à l'oposé du centre ville. Une traversée agréable avec mon bavard maison. Les jours de sortie, j'ai déjà droit à un tas de questions dès que je franchis le pas de ma porte. Ensuite, silence dans la nature.
Une halte obligée afin d'attirer nos palmés. Et ils arrivent préssés d'être sous les lancés de pain. Toute la baguette y est passée. Des munitions fort apréciées, par la gent ailée. Même des pigeons sont arrivés à la rescousse. Aurélien a déclanché une fois de plus une pagaille monstre.

C'est parti pour quelques heures de volages aventures. Une récréation dans un bel espace... Rien à voir avec la cour de l'école.

 

 

066

 

 

Le voilà laché sur la piste, à chercher la petite bête, ou à vouloir franchir quelque barrière. C'est toujours hors piste que les champs sont les  plus verts, et  tellement attirants. Aurélien ne sait pas marcher, c'est au trot qu'il s'adonne aux joies de la découverte. Il ne faut pas que je le dépasse. Ca jamais ! Une distance stratégique doit s'installer entre nous. Découvrir en solitaire, c'est un peu de liberté acquise. Ensuite, il appelle son dictionnaire ambulant.
Qui n'est pas toujours à même de répondre à tant de curiosité.
Mais courir et sauter comme un kangourou ça donne soif.  Une première halte s'imposait. Nous avons déjà laissé loin derrière nous le calme du port. Le canal nous sert toujours de repère. On choisit son rocher, négligemment déposé sur notre sentier, pour se régaler d'un jus d'orange fabriqué par "Leclerc service". Et nous ne manquons pas de réserve.
Le sac déborde de victuailles, et quelques autres gateries. Et c'est le vélo qui porte. Il faut bien qu'il travaille celui-là, même s'il avance au pas...

 

  

065

 

 

L'oeil, l'oreille et l'odorat aux aguets, le petit indien se découvre globe-trotter du jour. Il se demande déjà si nous pourrons faire tout le canal, jusqu'au bout. Je lui demande s'il veut que je revienne sur les genoux ? Plus de trente kilomètres à l'aller, ce n'est pas encore envisageable. On verra dans dix ans, lorsque nous nous serons bien entrainé. Mais en bateau, je ne dis pas non.
Un joli rideau de saule pleureur attire son attention. Ainsi qu'un magnifique mélange de chants. Par ici les passereaux sont nombreux et crient leur plaisir de gouter à un tel environnement. Le soleil et l'ombre nous ont accompagné tout du long. C'était chaud et raffrichissant en même temps. Pas le moindre petit vent.
Des mouvements et des couleurs, avec pour fond de toile beaucoup de verts ton sur ton.
Une douceur qui n'a pas besoin de paroles. Même Aurélien s'est habitué à mes silences. Il a pu aprécier l'avantage d'écouter. La nature lui parle... et il le dit. Plus tard, au retour de nos sorties. 

 

 

068

 

 

Au détour d'un chemin, nous faisons une rencontre. Un autre aventurier ? Un beau chien avec collier. Il a dû être lesté par son maître. Une errance pour laquelle il n'était pas préparé sans doute, car il s'est collé à nos baskets durant un certain temps. Jusqu'à ce qu'on rencontre d'autres promeneurs. Nous avons aussi triché un peu, afin de le semer. J'ai embarqué mon petit indien sur le vélo et j'ai pris quelques kilomètres d'avance. C'est ainsi qu'il a essayé de se trouver d'autres maîtres... qui nous ont demandé s'il nous appartenait puisqu'il s'était attaché à coller à nos pas. Voilà qu'on voulait nous refiler un toutou...

 

 

073

 

 

Beaucoup plus loin, un arrêt. C'est que l'eau s'est habillée d'insectes aux longues et fines pattes, qui semblent faire du patinage. Une curiosité pour les enfants qui s'interrogent. Moi même lorsque j'avais son âge, dans la rivière proche de notre habitation jouait ces sortes de petites choses que nous aimions taquiner. C'était il y a bien longtemps au Maroc, puis en Algérie. Je peux dire qu'avec Aurélien je fais des retours en arrière très avantageux. Je voyage doublement.
Plus loin nous pourrons observer de minuscules grenouilles, dans une flaque d'eau. Etrange et amusant.
Il est très attentif à tout ce qu'il voit ce petit curieux...

 

 

078

 

 

Allez, une petite pause pour baskets fatiguées. On n'est pas encore arrivés au bout. Il nous manque pas mal de kilomètres. D'autant que nous ferons une boucles, puisqu'au retour nous longerons la Loire. Le paysage est différent mais très agréable aussi.
Petits cailloux et batons font l'affaire pour ce jeu en solitaire.
Mais il ne tardera pas à me plonger dans de grandes questions. Comme toutes les fois que l'on s'arrête pour un certain temps.

Notre région est pleine de surprises. La beauté semble avoir fait une alliance avec la faune qui s'y repose et vit dans ce joyau de verdure.

Un espace à découvrir ou faire découvrir aux enfants. Ils ont besoin de ce contact également pour compléter leur éducation sur leur environnement. Et ce n'est pas une si mauvaise chose pour les adultes que de faire des révisions "nature".

Que se poursuive notre journée...

 

 

077

 

 

 

Publié dans roannemaville

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alrisha 06/12/2010 23:18



Je crois que ça doit lui faire du bien à ton petit bavard de te voir ne rien dire. Il est ainsi obligé de se mettre à l'écoute de son environnement.


Tu as bien agi en semant ce chien ! Il aurait été encombrant au bout d'un moment.


Bises Sonia ! J'ai oublié de te saluer dans l'article précédent. Je suis vraiment mal élévée !!!  Juste pour plaisanter avanr de continuer chez toi !



:0059: LUBY Emy 18/11/2010 22:22



j'adore venir m'évader sur ton blog, merci de ce partage, bisous



Norbert794 17/11/2010 21:23



Bonsoir, belle promenade... beaux endroits... et on sent un petit en communion avec la nature... Il faut l'encourager à continuer... Amitiés...



Rachid 17/11/2010 00:04



j'ai beaucoup aprris de toi en si peu de temps et je peut te dire qu'aurilien ne vira plus le monde qui l'entour de la meme facon que les autres enfants apres ces annees d'aprentissage.



Andrée 16/11/2010 22:16



J'ai l'impression de faire la ballade avec vous .C' est magnifique de voir un enfant aussi passionné par la nature. Belle soirée Sonia