Marine évasion...

Publié le par sonja

 

Malaga fêtes et rues 214

 

 

Le port est encore désert à cette heure-ci.
Dans sa cabine, le capitaine se prépare à rendre visite à la ville portuaire.
Voilà deux mois que seuls, l'océan et la mer lui servent de décor. Il n'a essuyé qu'un orage. Mais il s'en souvient encore.
Les éléments déchainés ont semblé prendre plaisir à cogner contre le navire. Telle une noix de coco,  le magnifique batiment fut entrainé dans les puissantes vagues. Deux jours, et une nuit, à veiller sur ses hommes entrainés dans une lutte de chaque instant. L'appel de la mer est forte, mais parfois elle peut se montrer curelle. Ce qui ne l'empêche pas d'éprouver un amour sans partage pour cet environnement qui le fait voyager au delà des frontières.
De pays en pays, d'île en continent, il a appris la dure leçon de la vie, vue depuis son habitation, toutes voiles dehors, ou sous la poussée de ses moteurs puissants. Et il sait que ses hommes éprouvent le même plaisir de l'évasion. Du temps qui passe, sur une nappe de bleus ou d'émeraudes. Sous un ciel éclatant de soleil, ou sous la grisaille nuageuse.
Il a appris la patience, et une autre manière de composer avec les hommes et la nature.
Toutes les fois qu'ils approchent d'un port, ils éprouvent tous, un certain plaisir. Un certain besoin de se dégourdir les jambes, aussi, comme ils disent. De prendre la température humaine également, tant leur isolement les a quelque peu rendus réfractaires à la vie bien collée, à la terre ferme.
Très vite, ensuite, ils éprouvent le besoin de revoir leur bateau. De se replonger dans cette agréable évasion, qui les ménera loin de chez eux.
La vie de marin est dure, prenante, elle impose des règles, mais n'ont-ils pas fait ce choix ?
Le capitaine avait les yeux sur eux, lorsqu'ils descendaient,  joyeusement, la passerelle. Ils avaient bien mérité cette récréation. Ils allaient sans doute beaucoup dépenser, mais n'est-ce pas une vie de renoncement, que d'être marin ?
Pour lui, il prenait deux bonnes journées à réfléchir sur le temps qu'il venait de passer à voguer sur l'espace liquide.
Une manière de faire le point. D'analyser ce qui pouvait être mis à jour pour la prochaine sortie. Il relevait aussi les points positifs ou négatifs du dernier voyage. Ce qui servirait ses hommes. Son attachement pour eux n'était pas surfait, même si parfois il s'obligeait à les bousculer, afin de garantir leur sécurité.

Il jeta un coup d'oeil appuyé au delà du port, et vit la grande cité, déjà prête à faire sortir ses habitants.
Ce n'était pas encore l'heure de prendre la ville d'assaut, mais ce presque vide lui donnait des ailes. Il se laisserait glisser dans les rues balayées par les premiers rayons du soleil. Il attendrait que les passants daignent enfin se souvenir que des visiteurs marcheraient du même pas qu'eux. 
Il savourait toujours ces instants de quiétude au coeur des grandes villes.
Puis il franchirait la porte d'un café, poserait ses coudes sur un bout de comptoir et donnerait le ton au patron.
Ou alors il ferait sa cours à l'une des belles des lieux. C'était à chaque fois des moments intenses. L'inconnu des situations le mettait dans la joie. Une discussion, un échange, une communion de pensées. Quoiqu'on puisse le dire, la solitude du marin est toute relative. A ses yeux, ce partage était une vraie richesse. Cela était devenu une nécessité.

Tout à ses pensées, il ne vit pas la jeune fille franchir la passerelle...

 

 

(Un texte tiré de l'une de mes histoires...)

 

 

La Côte et El Tintero 247

 

 

  Une prochaine fois je vous parlerai de ce magnifique navire. Je l'ai visité et pris des photos intérieures.
   Je vous révêlerais tout sur son histoire... dès que je pourrais m'y coller.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alrisha 06/12/2010 23:48



On se prend à suivre la vie de ce marin. Beau bâtiment !


Bises ma chère Sonia ainsi qu'à ton Aurélien quand tu le verras !



Andrée 24/11/2010 22:33



La photo est féérique et ton histoire captivante .Bonne soirée Sonia



Capucyne 24/11/2010 21:48



c'est un fier bateau! J'attends la suite!



flolipo62 24/11/2010 19:42



wouah il est magnifique ce bateau !!!! génial


mais j'adore aussi l'arbre dans le brouillard avec les vaches... ça c'est le pays !!!!


bon jeudi



mrcafe 24/11/2010 19:18



il est superbe ce bateau , il n'est pas encore venue en escale a Cherbourg ...bise sonja