USHUAIA

Publié le par sonja

                                                                                                          ... / ...

Voilà venu le moment de plonger. Les hommes se préparent. Ils vont entreprendre une plongée de dingues. Les voici donc dans l'eau. Les requins vont au contact avec les hommes qui les repoussent à l'aide d'un baton. Le requin tigre s'éloigne. Ils sont nombreux.
Les accidents
 sont rares avec les requins, nous expliquent-ils. Et ils restent être des accidents.
Une moyenne de six par an.

Le moment tant attendu arrive enfin.
Celui avec une rencontre d'un autre type. Avec le plus grand des prédateurs des fonds marins. Le grand blanc. C'est dans l'allée des requins qu'ils le retrouvent. C'est le mammifère le plus rapide.
Il atteint un 80km/h quand il est en chasse. Il s'agit du mako. Un requin légèrement plus petit que le requin blanc. Il faut noter que c'est un animal discret et silencieux. On le voit à peine bouger dans son élément. Plus d'une tonne, mais qu'on n'entend pas approcher.
Quel animal !
Il faut le voir. A donner la chair de poule.
Les requins ne cessent de venir caresser la coque du bateau, pourtant les hommes vont plonger. Ils n'ont que dix minutes pour le faire, entre chaque retour de la bête. C'est beau et effrayant en même temps.
Pas rassuré Nicolas Hulot... On le sent tendu. Mais on peut relever en même temps cette volonté de la passion pour la découverte. Ils vont plonger sans la protection de la cage.
Ils nous expliquent que ce sera la première fois que des plongeurs feront cela. Le pays cotier qui a délivré cette autorisation l'a fait sous différentes conditions qu'ils nous expliquent.
Les voilà qui se laissent glisser dans l'eau. Deux par deux. Ils ne restent pas très éloignés du coeur des
quelpes. Une sorte de forêt végétale. Pour un replis en cas de danger.
Les requins ne s'y aventurent pas, pour ne pas se trouver piégés. Le requin doit nager en permanence s'il ne veut pas mourir. Une demi heure d'arrêt, et il est mort.
Combien le nageur peut être petit à côté de ce monstre marin.
Voilà que les balades entre deux eaux commencent. Les hommes ne doivent pas le perdre une seule seconde de vue. Mais il réussit malgré tout à surprendre les hommes lorsqu'il apparait. Ils ne le voient surgir qu'au dernier moment. Le voilà qui repart, pour revenir à contre jour, à la surface.
Il s'approche. Aucun signe d'agressivité. Il semble calme et repu.
Le jeu se prolonge. Jusqu'à ce que lors d'un retour, l'un d'entre eux arrive dans le dos de Nicolas Hulot. C'est le second plongeur qui l'aperçoit. On sent le mako aller au toucher avec Nicolas.
C'est le geste de la main du compagnon de Nicolas qui le chasse...
C'est le moment de rentrer. Il ne faut plus attendre.
La tension est palpable de part et d'autre.
Même moi assise confortablement sur mon fauteuil, je suis tendue.
Epoustouflantes minutes.

Dès qu'il est sur le bateau, on peut sentir que retrospectivement, Nicolas Hulot s'est fait peur.
Il nous explique que le requin, lui aussi prend des risques quand il doit attaquer...

Et puis voilà qu'après les richesses des fonds, la caméra se promène sur le cortège des baleines. Elles migrent vers leur lieu de reproduction.
Etre aussi grand, aussi lourd, et pourtant detenir une grâce légère... aérienne...


La nature detient des lois et des stratégies qui nous depassent. Et dire que l'homme a touché à la plus belle organisation d'un ecosystème fragile... Quelle folie !

Toutes les politiques ne pourront lacher leur pouvoir et leurs stock options, pour descendre jusque dans les cours de la nature.  Il ne lui autorisera jamais le temps de la réparation, ou de la reproduction.  Ils pourront signer tous les traités, faire toutes les promesses... ils ne lacheront jamais la puissance pour l'ombre.
L'homme n'est pas naturellement enclin à la modestie. Lorsqu'il possède, il ne sait plus partager.
Il lache des bombes sur d'autres humains. Qu'est ce qu'un ours ou un scarabé à ses yeux, à partir de là ? Moins que la valeur d'un autre homme.
Dès lors, pourquoi changerait-il sa façon de se conduire ?

Ce n'est pas par notre puissance que nous sommes plus grand. Mais par notre aveuglement !

Merci Monsieur Hulot pour la beauté des images et pour ce simple rappel !

Publié dans Regards

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

agathe 01/06/2007 15:55

c'était une émission extraordinaire