Douleur

Publié le par sonja

La douceur de vivre dans une famille n'est pas sans accrocs. Parfois, la douleur peut s'installer durant quelques semaines. Ou quelques années. La mienne a eu pour nom "David". Le dernier de la fratrie.
Un jour, il a rencontré la drogue, au lycée. La mort il a voulu goutter. Avec elle il a voyagé.
A travers elle il a voulu trouver l'oubli. Elle lui donnait le sentiment de ne plus être là où il ne voulait être. L'abandon de son père il n'a pas bien compris. Même lorsque dans un coma il s'endormait, il rêvait qu'à son réveil son père se tiendrait à ses côtés. Ses nombreux appels n'ont pas été entendus.
Sept années à essayer de le tirer de son monde de cauchemar et de violence. Sept années à m'oublier. Sept années à le voir en sortir et y retourner. Avec deux tentatives de destruction totale. Deux fois il fut ramené de son sommeil volontaire.
Sept années à l'accompagner très loin, pour l'amour de ce fils qui ne voulait plus vivre.

Publié dans Atelier d'Ecriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article