Le canal

Publié le par sonja



Emprunter les chemins qui longent le canal de la Loire nous emporte durant plusieurs kilomètres, sur des décors différents. Ils changent au détour d'un virage. C'est foisonnant de verts, lachant leurs lignes et leurs formes. Ils se reflétent dans l'eau. Lorsque le soir commence à tomber, les derniers éclats trouvent leur place sur les bords du canal.
Les oiseaux sont nombreux à s'installer dans cette jolie vallée humide. Les hérons y sont les plus présents. La buse lui tient compagnie. Il faut dire que c'est un terrain de chasse giboyeux.
Il m'est arrivé de parcourir une trentaine de kilomètres en vélo. C'est relaxant au possible. Les pauses nombreuses qu'on peut y faire nous permettent de faire des découvertes sympathiques.
En plus, on est assuré à un moment donné, de ne plus rencontrer qui que ce soit.




Partir au lever du soleil, dès que les premières lueurs se dessinent sur les arbres et l'herbe rase, est la possibilité la plus sympathique.
On savoure les effets de la fraicheur du moment, tout en étant à l'écoute de la nature.
De doux murmures voyagent au rythme des coups de pédales de notre vélo, si c'est le moyen de locomotion choisi. Ou bien on les capte du pas du promeneur.
Dans tous les cas, il suffit de faire quelques haltes pour prendre le temps de s'imprégner de la légèreté du cadre qui s'offre à nous.
Le matin c'est le calme assuré, puisque rares sont les passages. On ne dort plus, mais c'est encore le réveil difficile pour celui qui s'attable tout juste devant son petit-déjeuner. C'est que les vacances ne sont plus qu'un souvenir pour la majorité d'entre nous.
La route est donc à moi seule.



Mais si nous revenons sur nos pas alors que le coucher n'est pas très loin de l'horizon, les couleurs peuvent changer. Juste un peu. Pour le paysage, rien ne semble avoir changé. Il nous apparait
identique. Sauf qu'il y a de petites différences qui nous font pense,r que l'artiste est venu donner quelques retouches sur la toile de son tableau.

Il arrive également que deux sentiers possibles s'offrent au regard du promeneur. On s'interroge un peu avant de continuer à avancer. Le tout est d'aprécier tout ce qui fait la beauté des lieux.
Il suffit de fouiller juste un peu, et le charme environnant opère.

Au retour, aux portes de Roanne, dans la tranche où s'ouvre le port au bout de ce chemin, j'ai pris l'habitude de me poser sur ce banc. C'est d'ailleurs le mien. D'autorité il est devenu ma propriété... Je cueille les derniers parfums et couleurs de ma balade du jour.

Les environs de Roanne sont un vrai délice mental. Tous ceux qui courent ou flanent sur ce chemin le savent bien...


Publié dans roannemaville

Commenter cet article

Alain 20/09/2009 06:40

BonjourJe me balade sur ton blog et je tombe sur ce canal ! C'est toujours agréable de faire les rives d'un canal ! Chez moi, j'ai celui d'Ille et Rance !Bon dimanche à toiAlain

zodo 14/09/2009 09:44

re- bonjour Sonia, je touve absolument sublime ce canal et la verdure qui l'entoure .bonne journée

Domjade 13/09/2009 22:18

Bonsoir,J'aime beaucoup ta façon de commenter tes magnifiques photos.A bientôt - Domjade

Alrisha 13/09/2009 19:47

Je retrouve là les mots que tu employais lors de notre balade à vélo matinale. C'est vrai que le matin de bonne heure sont des instants privilégiés dans une journée. La calme environnant permet d'être d'autant plus à l'écoute de la nature.Un banc qui doit avoir senti pas mal de tes rêveries et qui aurait bien des choses à raconter si on le questionnait.Bigs bisous Sonia

gene 12/09/2009 23:50

jolie ballade matinale , les abords d'un canal , c'est toujours de belles découvertes . J'allais au bord du canal du midi quand j'étais à Carcassone