Marguerite

Publié le par sonja







Extrait de Marguerite tome 1 par Ahmed Bencherif

C'était le premier dimanche du mois d'août de la même année. La nature endormie se réveillait paresseusement. Le soleil dessinait au levant un mélange de couleurs fantastiques, les unes timides, les autres conquérantes. Dans les bois, les oiseaux s'agitaient et criaient précipitamment, avant d'aller becqueter un vers de terre ou une cerise, de voltiger dans le ciel avec beaucoup de grâce et de perfection. Le monde rural était levé : une vache qu'on trayait à sang mugissait, se débattait et tentait de fuir la main implacable ; une femme battait du lait, une autre cueillait des roses dans son jardin. Le village semblait désert à cette heure matinale. Les artères commerçantes propres : dès l'aube, le cantonier avait ramassé à dos d'âne les papiers charriés par le vent et les cartons d'emballage vides en alfa, heureux de les emporter et de les donner à brouter à une ou deux brebis soudanaises, qu'il élevait pour leur portée pluriannuelle. Les bars et les commerces européens étaient fermés, en raison du caractère religieux de la journée, bien plus que par un repos hedomadaire mérité. Il faisait frais et l'astre du jour ne flambait pas. Sur la terrasse du café maure, quelques clients buvaient lentement du café à la fraîcheur matinale, les boutiquiers indigènes arrosaient les devantures, quelques uns remplissaient d'eau des jarres enchâssées au mur. Ils chômaient tous car personne ne songeait à faire ses emplettes de sitôt.

Dans ce silence de campagne, l'église rappela aux fidèles l'auguste moment pour vénérer le Dieu et récolter la bénédiction dont ils avaient besoin pour se prémunir contre de fâcheux aléas. La cloche, qui tintait pour le rassemblement spirituel, symbolisait la purification et la piété, ses puissantes notes se répercutaient à la ronde et chacun se démenait pour être à l'heure et se prosterner à la puissance divine, on y donnait son coeur pour être aux premiers rangs afin de mieux laver ses pêchers et ses tourments.

...

Sa toute première vente-dédicace de Marguerite tome 1 et la grandez ode, furent faite au salon international du livre à Paris.

Marguerite n'est qu'une toute petite ville d'Algérie.
Avec ce roman éponyme, fresque historique et sociale grandiose et minutieuse, Ahmed Bencherif fait le portrait d'une Algérie qui, à peine soumise, est déjà prête à defendre son indépendance et à repousser tous les jougs. Ainsi, ce premier tome est un préambule, une plongée dans l'aberration du système colonial, un moyen de saisir sur le vif, à travers une galerie de personnages, réalistes, les sentiments et vexations de toute une communauté asservie.
Mais il faut se plonger dans ce roman à caractère historique pour bien saisir certains événements, et également aprécier la trame du déroulement de l'histoire.

Monsieur Mohamed Bencherif est candidat au prix littéraire de l'académie française pour la session 2009. S'il est reçu il sera l'invité de la France à Paris, puis Lyon cet automne.

Son blog vous permettra d'avoir plus de renseignements sur cet ancien instituteur, ayant un attrait particulier pour l'écriture, depuis déjà plusieurs années ...

www.bencherif.unblog.fr
www.ronsard.e-monsite.com

Publié dans Cadeaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bencherif 08/09/2009 11:51

Merci pour a présentation  à tes amis qui ont été généreux en commentaires louant mon art. Merci Nadia-vraie pour me souhaiter la réussite au prix littéraire de l'académie française session automne 2009. Merci à tes amis que je convie à venir visiter mon blo et site afin de se divertir et se détensdre.

bencherif 06/09/2009 16:33

Au delà d'un cordon de verdure assombrie par la tombée du crépusule, apparait entre un bouquet d'ares aérés, le soleil rougi à son couchant, comme une petite boule de feu éclatée en grosses braises entre les branchages, cerné par iun grand éclat jauni , au-dessus duquel roulent de gris nuaes isolés pour laisser paraitre en hauteur un ciel bleu drappé çà et là de blanc ecrasseux de gris sombre. bencherif

nadia-vraie 06/09/2009 16:22

Ce livre doit être trÈes intéressant surtout pour ceux qui ont vécu en Algérie et ceux qui l'ont déjà visitée.Tu le présente trèes bien.je souhaite qu'il soit invité par la France.Bon dimanche et à bien tôt Sonia.

Alrisha 05/09/2009 23:27

Un bien joli nom pour cette bourgade! Ce récit historique doir sûrement être très captivant. Un beau partage que tu nous livres là!!!Je reviens ce soir ayant encore eu des déplacements dans l'après-midi pour le choix de meubles pour notre gîte.Bisous ma Sonia

siratus 05/09/2009 16:41

Merci de nous faire découvrir cette belle écriture, Sonia. Gros bisous