Le solitaire !

Publié le par sonja


Depuis combien de temps et d'année
Le solitaire s'est armé pour affronter les saisons
Les orages et les vents forts ?

Il règne fier de ce temps qui file
Qui le rend fort de son expérience
De cette beauté des ans

Il est une cachette pour l'oiseau frèle
Le juvénile animal à ses pieds posé

Il s'étale majestueux
Pour son ombre offrir aux fatigués
Au passager d'un jour
 
Il accueille les jeux et les poses

Le solitaire aime à garder un oeil curieux
Sur le temps qui échappe au monde
Sur son vert paturage
A l'ombre de son feuillage mille secrets
On lui confie

La solitude est une belle chanson
Pour le solitaire en quête de poésie
Il prend plaisir aux récréations de la nature
Au ballet des saisons


Publié dans Prose poétique

Commenter cet article

chevrette13 20/08/2009 18:28

en ouvrant cet article : 2 choses : une poésie et ce titre qui m'ont fait penser à une poésie sur un arbre "le centenaire" que je proposais à mes élèves !!!bisousj'ai réparé mon article de ce mation, la vidéo fonctionne

Idir 19/08/2009 22:00

Bonsoir,Je ne sais pas l’heure qu’il est chez vous qui êtes de l’autre côté par rapport à nous. Un citoyen proche de ma famille fut déporté en Calédonie et depuis il n’a jamais donné signe de vie. Nous savons que beaucoup d’Algériens ont des descendants là-bas. Si cet arbre solitaire pouvait parler, il témoignerait de bien des choses. Bien qu’il m’été difficile de visiter ton blog à cause de la lenteur de ma connexion, j’ai pu voir quelques belles photos de ta jolie ville de Roanne et pour cela, je te dis merci.

siratus 19/08/2009 01:21

Il est beau, ton arbre solitaire.Le rythme du temps n'est que saisons pour lui, depuis longtemps.Gros bisous, Sonja.Douce nuit

gene 19/08/2009 00:32

Quand j'habitais Soissons , il y a dans les forêts des arbres remarquables ,   ils sont impressionnants et d'une élégance rare et que d'histoires ils pourraient raconter! bel hommage.

Alrisha 18/08/2009 22:12

Figure-toi que nous avions un tel arbre, un charme en plein milieu de nos champs à la ferme. Seul, on pouvait le voir à des kilomètres à la ronde. Il était devenu un point stratégique avec interdiction de l'abbatttre. Il est mort de sa belle mort. Je m'en souviens encore. Ma grand-mère disait: "Ils sont en train de faucher au Charme."