Une virée matinale

Publié le par sonja






Se teinte doucement la campagne roannaise.
Je suis allée à la rencontre des oiseaux, des chevaux et des boeufs. Les chevaux ont l'air de se demander ce que je peux bien fabriquer à telle heure. Ils peuvent partager avec moi ces drôles. J'ai eu droit à des calins qui ressemblaient plus à des coups de tête. Une approche timide, puis au petit trot, le plus téméraire s'est essayé à me renifler. Une  halte amusante, plus que prolongée.
Nos montagnes portaient le décor d'un semblant de brume. C'est que par ici, nous avons droit assez régulièrement au brouillard. J'aime assez cette impression de voile à peine perceptible. Cela habille si bien notre campagne. On se trouve du côté de Riorges, ici.

Les buses chassaient déjà alors que je parcourais les lieux. Je les ai fait fuir bien sur.
Je leur ai demandé de m'attendre, mais elles ont préféré me montrer leur puissance et la beauté de leur décolage gracieux.
Moineaux et autres poids plumes m'ont accompagné durant ma balade à vélo. Je me suis arrêtée souvent, car il y avait quelques pagailles chez les moineaux, autour de certains fourrés. Je voulais savoir de quoi il en retournait. Seulement leurs coquineries n'étaient pas à partager, m'ont-ils répliqués.
Ils m'ont planté là, alors même que mes intentions n'avaient pas de quoi les affoler.
Tant pis, je suis allée taquiner deux moutons et des oies qui ont fait un cercle autour des quatres pattes au lainage encore épais.  Ca va ai-je pensé. Je ne suis venue que pour regarder. Ces blanches palmées, ont dû réveiller les propriétaires. Je me suis sauvée. On ne sait jamais....

J'ai porté ma flânerie jusqu'à mes vaches... javélisées, ces craintives n'ont même pas fait un mouvement vers mon auguste personne. Nous nous sommes regardé droit dans les yeux. Sans bouger. Ce petit manège a duré un bon moment. Elles devaient se demander qui quitterait le premier... moi bien sûr. J'ai abandonné ces belles plantes à leur "brouttage" du dimanche...




Puis je me suis dit qu'après un détour aussi sympathique et joyeux, pour démarrer ma journée, un bol de thé n'était pas de trop.
Bien installée sur un coin de mon balcon, pour une rallonge de nature, côté oreilles seulement, un aventurier solitaire s'est dessiné sur notre ciel roannais. Il glissait lentement. Au gré du vent léger.
Chaque dimanche nous avons droit à ce voyageur qui lui, doit profiter d'une manière bien plus complète de nos paysages. Il doit faire un balayage agréable et haut en couleurs...
J'ai rêvé que je partais avec le vent. Que ma voile me portait vers d'autres lieux. D'autres horizons...
Et bien non, je n'étais que dans ma cité. Où le béton et le fer se cotoient.
Heureusement, par ici aussi la nature veut bien nous donner du chant. Moineaux et mesanges diffusaient leurs notes claires. A nous saouler de plaisir.
Et mon thé a refroidi...


Publié dans Regards

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alrisha 03/05/2009 22:20

Voilà qui me fait un doux plaisir que de te lire! Tes contrées nous apportent de bien belles résonnances de campagne avec la petite faune sauvage qui se sauve ou joue la curieuse.Des écrits empreints de paix! Gros bisous Sonia! Continue de sortir faire tes petites virées!