Félin Monarque !

Publié le par sonja


L'ombre douce s'installe autour de la maison, vagabonde sur la neige épaisse. Les prés se dissimulent sous un épais manteau blanc.
Le lac et le village en contrebas, encore voilés de brume ne sont pas encore sortis de leur sommeil.
Au paysage d'hiver je m'attache très rapidement, bien apparemment inerte. La forêt proche est une invitation, même en cette période particulière. Depuis quelques jours mon esprit se fait pressant. Une seule idée s'impose dès le réveil. Un rendez-vous avec le prince des lieux.
Maintes fois, les genoux enfoncés dans la pessière enneigée, je m'éloigne dans la forêt d'épicéas proche. C'est là que très souvent je croise le fabuleux félin. Depuis, je n'ai de cesse de l'approcher.
Un donjon rocheux permet à l'animal de jouir d'une vue à 360°. Discret et curieux, il aime à observer, attisant la passion.
Ce désert  blanc grouille de vie. Les premiers rayons le fait scintiller de mille éclats. Je m'habille chaudement pour enfin m'élancer à mon tour, raquettes aux  chaussures, sur les beautés de l'hiver.
Tout le bois semble s'être donné rendez-vous sur la vallée, cette nuit.
Ici un blaireau a moulé sa patte en forme de madeleine. Sa piste croise celles du chamois, du chevreuil, du renard, du sanglier.
Je cherche une grosse peluche de velours, aux griffes bien rentrées. Sept mètres peuvent séparer deux empreintes. Signe qu'il a bondit. Lorsqu'il prend du soleil, il peut ressembler à une descente de lit, aplati sur une dalle, comme mort. Chassant son gibier favori, le chevreuil ou le chamois, il ne dédaigne pas le gigot de mouton. Plongeant les éleveurs dans des colères légitimes, me dis-je. Tout en pensant que des solutions pratiques sont possibles.
A pas de chat, j'avance en quête d'une rencontre.
Je souris à l'idée que tel un facteur, le félin fait sa tournée.
Bien que surtout nocturne, il est aussi diurne. Ruses et routines font volontiers partis de sa conduite. Il marche à couvert, surveillant aux lisières les chevreuils qui paissent dans les près.



Un jour je le surprends dévalant entre deux vallées, à quelques mètres. Il s'est arrêté, est remonté vers moi, m'a tourné autour. A bonne distance. Puis il s'est assis sur un tronc abattu, en surplomb. Comme le chat il aime dominer.
Toute à mes pensées j'en oublie l'instant présent. J'entends un feulement. A travers les branches, je l'aperçois qui s'approche. Il s'arrête sur une bosse. Il m'observe de haut, sur de lui. Il s'éloigne, puis revient me dévisager à un peu plus de quatre mètres, les yeux dans les yeux. Un face à face de cinq minutes qui m'ont semblé une éternité. Puis il prend congé. Sous le charme, l'émotion me prend tout entière, trouble mon regard d'une larme que je n'attendais pas. Ce prince qui voit tout, se montre rarement. Il ne séduit pas tout le monde non plus. La nature vient de me faire un cadeau merveilleux.
J'observe la dentelle de prés cernés de forêts où le félin peut quitter à couvert sa proie : le renard ! L'invisible monarque est venu flirter avec moi aujourd'hui. Comment peut-on ensuite s'endormir dans la nuit après une telle vision ? Ma nuit sera peuplée de rêve... Je ne peux me détacher de ce regard de braise fixé sur moi, il y a peu de temps encore...
Un jour, à la tombée de la nuit, j'ai surpris un renard pique assiette, venu renifler la proie à moitié dévorée. Il a reconnu l'odeur du lynx et se sait en danger. Le canidé ne reviendra plus.
Parfois, le lynx se plaît à la suivre. Au retour elle retrouve ses pas dans les siens. Comment ne pas tomber amoureux de cette boule de fourrure ? Elle n'arrive à l'apercevoir que deux ou trois fois dans l'année, mais il y a toujours cette magie autour de ces rencontres.
L'été j'aime à flâner au bord des chemins où mugissent des cascades blanches. La prodigieuse mosaïque de futaies et de prés, de gorges et de belvédères, c'est le terroir idéal du lynx. Des chevreuils paissent en lisière, peut-être épiés par le félin. Il peut même arriver que l'un d'eux, en bas, prés du hameau rôde auprès des maisons. On a vu un jour dernier un jeune lynx dans la gamelle du chien. Sans doute s'était-il fait expédier par sa mère.

Une tout aussi étonnante vision me fut racontée par l'un de mes voisins. Une femelle épiait les chevreuils, assise au mitan du pré. Soudain, un moyen-duc vient la survoler et la houspille à petits cris. Agacée ou amusée, tel un chat jouant avec un bouchon, elle bondit à trois mètres en l'air, sans pouvoir l'attraper. Le hibou s'obstine. Alors, de guerre lasse, elle s'applatit entre deux andains...
Non loin de là, elle le surprend un jour affronter un blaireau, et s'enfuir de peur d'être blessé et donc inapte à chasser. Culotté, mais pas kamikaze !
Toute à ma rêverie, je me laisse porter par la douceur du sifflement discret des passereaux. Sous mes pas raquettes, crisse la neige. Quelques branches en sur-poids laissent glisser leurs touffes blanches. Les sons de la forêt sont feutrés. A peine audibles. Je mesure le tranquille privilège de cet environnement. La beauté des paysages sont à couper le souffle. Quand à la magie des habitants des sous-bois, la pensée en fait son vivier.

Ce rêve emprunté à un reportage, je me laisse guider par les images qui n'existent que dans mon monde imaginaire.
Mais la personne du reportage, elle, elle a vraiment vécu cette situation...

Une autre manière de vous raconter ce magnifique reportage...


Commenter cet article

Naniemay-11 :0071: 12/01/2009 04:04

Voilà ma panthère noire aux sports d'hiver...-

nadia-vraie 09/01/2009 06:17

Tu as failli m'avoir..un peu car je ne te croyais pas trop surtout en raquettes présentement!C'est une belle manière de raconter,j'ai lu et tu m'as rappelé quelques souvenirs de mon enfance.La forêt,j'y vivrais facilement.Bises Sonia et prends bien soin de toi.:0010:

Alrisha 08/01/2009 17:32

Un reportage de saison. Bien heureux celui qui a vécu de tels moments! Je ressens dans tes écrits le bonheur que tu as eu en lisant le reportage.Gros bisous ma chère Sonia! Je vois que tu as eu le temps de "coucher" plusieurs articles en allant au cyber. Je pense que tu as moins de douleurs, enfin, je l'espère!

Saskia 08/01/2009 08:06

Belle rencontre, magique surtout... Je rêverai bien moi aussi d'une telle aventure... Chère Sonja voici bien longtemps que je t'ai lu... je te souhaite une bonne année avec toujours cette magnifique poèsie qui t'accompagne... AMITIES