La Drôme Provençale (1)

Publié le par sonja


De l'hiver à l'été, la sarabande d'arômes et de bouquets nous entraine et fête l'olive, la truffe, le raisin, la lavande...
En Drôme Provençale, tous nos sens sont mis en éveil.
Nos papilles tout d'abord, avec les délicates saveurs de nougat ou de truffe.
Notre nez sera subjugué par les fragrances de parfum de lavande ou de thym.
Mais notre ouïe s'attardera volontiers sur les mille notes perçues lors de nos escapades à pied, ou à cheval.
Ce sera surtout l'oeil qui sera pris tout entier d'exaltation, grâce aux somptueux panoramas.

En plongeant au coeur des multiples délices de la Drôme Provençale, on risque aussi de rencontrer les habitants passionnés par leur métier.
Un savoir faire oublié des traditions séculaires !
Cette région est une vraie délectation de plaisirs.
C'est en entrant et en profitant de l'accueil chaleureux des gens du pays que nous pouvons déguster avec eux, le Picodon, la tapenade et l'omelette aux truffes débordant généreusement de l'assiette.

Pourquoi résister ?
Un peu se laisser tenter par la douceur infinie du miel de Provence, du nougat de montelimar et des fruits muris sur l'arbre par le soleil de la Drôme Provençale...
Des parcours dont j'ai tiré un si large profit lorsque j'habitais la région, il y a trois ans.
J'ai encore en mémoire ces journées de portes ouvertes à la ferme. De fermes en fermes on prenait le temps de la dégustation...




Depuis les hauteurs de La Garde-Adhemar, ici,  je fais une véritable dégustation du paysage sur Pierrelatte.
Je vais m'évader un peu, sur tout ce qui donne saveurs et senteurs en Drôme Provençale.
Si vous voulez m'accompagner...

Pour ceux qui habitent la région ils savent la place qu'occupe l'olivier. Depuis deux mille ans il est présent dans les Baronnies. Ce qui veut dire une occupation de 2300 hectares pour une production annuelle de 320 tonnes d'lolives et 250 tonnes d'huile d'loive. Cette région compte environ 22 800 oliviers.
C'est beau un olivier, avec leurs petites feuilles qui brillent sous les rayons du soleil.
Voilà un fruit qui me va droit au coeur.
Je le consomme facilement accompagné d'une tranche de pain. Un délicieux mariage en fait.
C'est aussi l'huile que j'utilise le plus, pour cuisiner.

La récolte se fait entre décembre et janvier, lorsqu'elle est mûre, c'est à dire noire.
Pour cinq kilos d'olives, on obtient un litre d'huile. Ce sont les plus petites qui sont broyées. L'oeil se régale tout d'abord, de ce pur jus de couleur vert doré. Un jus finement fruité et onctueux.
Le cake aux olives de Nyons est à essayer. Délicat et gouteux.

Je poursuis ma fête aux couleurs, aux parfums et aux saveurs...




Publié dans Voyages

Commenter cet article

Alrisha 25/08/2008 22:08

Pour toi qui aimes les couleurs et les saveurs, cette région doit t'émoustiller au plus haut point.je ne suis pas une fille du midi et c'est vrai que je ne goûte guère l'olive ni son huile qui est pourtant très bénéfique paraît-il!Je vais te suivre et continue sur tes pas.Gros bisous ma chère Sonia!

nadia-vraie 25/08/2008 16:12

C'est vraiment un bel endroit et une belle photo,le bel espace.Tu fais bien d,en profiter au maximun.Tu es partie de Pierrelatte depuis seulement trois ans?Les champs de vigne sont très beaux.je ne pourai pas manger d'olives avec toi mais je mangerai autre chose...hihiJ'ai fait cette belle promenade avec toi.profite bien de toute cette nature.Si tu peux demain le 26,tu as une surprise sur mon blog.Bises par satellite et je ne t'oublie pas.