La Drôme Provençale en plumeau

Publié le par sonja


Parfois le ciel se zèbre d'éclairs que l'orage ne saurait maitriser.

La fin de l'après-midi s'est habillé de grisaille. Lourd de ses nuages, le ciel lache ses eaux trop longtemps retenues. La pluie frappe avec violence le sol recouvert d'une pelouse qu'on a oublié de raser. Elle semble d'ailleurs se plaire sous les giclées qui l'aplatisse.
Quel rideau fantastique !

A présent, sur la large vitre de la caravane, l'eau dégouline. Elle ressemble à un ruisseau. Les gouttes chantent sur le toit. Elles piétinent allègrement ma maison sur "roues".
Vascille entre les vagues qui tombent, le paysage extérieur.
Le bruit continu sur le toit, emporte les claquements et les roulements célestes. Je les entend à peine.
Les gouttes changent de mouvement, dès que le vent se balade sur la végétation.
Les roses se font griffer, tandis que l'olivier bouge à peine.

Un orage ça a du tempérament.
Il joue avec la nature. Il éclaire le ciel, même lorsque la nuit n'est pas encore là.
Voilà que le jardin s'inonde peu à peu. Jusqu'où l'eau montera-t-elle ? Fragile caravane qui me protège du ciel.
Mais comment quitter mon poste d'observation alors que je suis fascinée ?
Quel plaisir fou, que celui me tenant captive d'éléments que je ne maitrise.
Il y a de la beauté dans cette nature rebelle. Je me laisse emporter avec elle. Je la regarde sans crainte.

Il arrive que les orages se conduisent mal. Balayant tout sur leur passage.
Ce qui ne m'empêche pas d'avoir une attirance demesurée. A l'image de ce qu'ils peuvent faire, sans doute.
J'ai par le passé assisté à deux cyclones. Il y a comme du fabuleux.
Pourtant, cette puissance en formation, laisse derrière elle bien des larmes.

Mes vacances ont démarrées sous le signe du roulement du tonnerre.
Deux jours à peine que je me trouve dans la région. On me demande si ce n'est pas moi qui ai transporté le ciel de Roanne dans mes bagages.
Auraient-ils raison ?
Avant mon arrivée en Drôme Provençale, ici on nageait sous les rayons du soleil.

Deux jours que je ne suis pas sortie de mon trou. J'ai observé de loin seulement, les verdoyants paysages.
Mais pinsons et moineaux ont poussé leurs chansonnettes rien que pour moi, entre deux éclaircies.
J'ai même surpris les joyeuses cigalines. Elles y sont allées de leur concert dans leur théatre de verdure.
Un vrai régal pour les oreilles.
Mais mon odorat était lui aussi à la fête. La lavande proche, lache ses arômes au moindre déferlement de pluie.
Paysages et parfums, différents de ma région. Le dépaysement total...

Comme quoi, juste un peu changer de région pour avoir l'impression d'être dans un pays lointain...


Publié dans Regards

Commenter cet article

le Pierrot 15/08/2008 08:36

J'aime beaucoup cette photo, très douce, on entend à peine le léger vent...bonne journée Sonja...

Jacqueline 14/08/2008 10:23

quelle merveille Sonia!! que veux tu...ma préférence va aux paysages du Sud...je viens d'aller regarder tes photos d'Algérie..comme tu as du etre heureuse..

Talant 14/08/2008 01:25

Tres jolie cette lavandeBon Jeudi

Oubi 13/08/2008 21:19

Toujours très beaux les orages mais dangereux parfois...La Drôme provençale est superbe, de bonnes vacances sans doute.Bonne soirée.

Quichottine :0010: 13/08/2008 15:34

Je crois que je n'ai jamais vu d'aussi bel orage que sur ta page aujourd'hui.Merci, Sonia !