Matinale nature

Publié le par sonja

Le jour se lève à peine.
Sous le léger battement des feuilles, la forêt accepte la nouvelle journée. Les rayons s'infiltrent à travers les hauts arbres. Le chemin se laisse balayer par une poussière lumineuse, emportant avec lui mes pas feutrés par la verte pelouse. Les feuilles, miroirs opaques, scintillent sous les mouvements changeants.
Petits éventails qui claquent, le feuillage se froisse doucement. Le parfum de la terre humide atteint la prairie proche. Il emplit de ses humeurs le village encore endormi.
Les chemins sont déserts et voilés de leurs rideaux brumeux.
Emporte mon coeur, dans un éloignement de pensées joyeuses. La nature toque à ma porte matinale, pour me bercer dans le délicat paysage.
Tapit à l'ombre de l'herbe haute, un chat semble somnoler. L'oeil se trompe. Il se fond dans le cadre proche, pour tendre vers les murmures et les pas. Seules ses oreilles se dresent comme des tours, pour mieux appeler le bruit le plus léger. Pour le premier bond du jour il se prépare. Les oiseaux le mettent au défi. Leurs allées et venues au dessus de lui, taquinent son immobile patience. Le félin joue l'indifférence.
Depuis la ferme proche de réguliers meuglements et aboiements s'élancent à l'assaut de l'espace environnant. Le coq insiste. Il ne laisse aucun répi aux fragiles oreilles. Il justifie sa présence auprès de sa basse-cour. Maître coq appelle l'activité.
Dans sa forêt, le pic épeiche fait résonner un tronc, occupé d'une vie invisible. Galeries grouillantes de rampants en mouvements. Je le cherche des yeux...
Le sifflet cristallin de certains passereaux se mélange à celui des chanteurs. Modulations et notes pures, s'écoutent dans le plaisir de la fraicheur du sous-bois. Je me laisse porter, au gré des joyeuses mélodies.
La biche solitaire s'éloigne doucement. Elle m'a surprise dans ma contemplation. Ses sabots délicats, l'emporte sur le velours des feuilles éparses. Elle ira plus loin, pour se perdre dans un carré verdoyant. Loin de mon regard qui la gêne. Elle ne cesse de faire des arrêts, pour les bruits surprendre. Elle est sur ses gardes.
Comme elle a raison. La prudence est de mise. Son prédateur étant en liberté, elle reste à distance.
Les rongeurs laissent leurs tanières pour à leur tour prélever leur nourriture.
Dans sa rousse pelisse, le renard se lance à l'assaut des ombres et des reflets. Flamme en fourrure, elle aussi se retourne souvent. Prudent animal sorti pour son premier repas matinal.
Le monde des insectes et des rempants commencent à leur tour, à rythmer leur nouvelle journée. La forêt n'est jamais silencieuse. Elle s'arrête souvent, le temps de l'écoute, puis tout repart, brusquement.  A la manière de vagues montantes et descendantes. Cela me fait sourire.
Les bruits s'imposent de plus en plus, au fur et à mesure que le soleil monte. Ils sont plus net. La nature dit son bonheur pour cette nouvelle fête des couleurs et des sons. Chaque matin elle se prépare et se maquille pour faire sa belle.
Ces heures folles seront une véritable dégustation pour la faune, composant avec son environnement. De quoi avoir envie de prendre sa place, juste une journée.
Les animaux ne font pas de mal à la nature. Ils sont même les habitants les plus respectueux. Ils n'ont pas besoin de "Grenelles" pour savoir ce qu'il y a lieu de faire pour leur habitat. Ils sont même les compositeurs les plus adorables. La trame de la beauté et de la délicatesse. Ils s'improvisent nettoyeurs. Ou bien ils recyclent. Ils embellissent leur lieu d'habitation. Ils composent ou symbiosent.
Ce que fait tout aussi bien la végétation.
Les plus beaux tableaux n'ont pas besoin de la main de l'homme. Et ils nous sont offert chaque jour. Des milliers de palettes pastels. Des couleurs vives, ou qui scintillent.
Le Créateur a eu de bien beaux coups de pinceau. Une maitrise hors norme, de l'art et de l'ingéniosité. Pour ne citer que le domaine de la beauté.
Dans l'art du copiage nous sommes très fort, il faut le reconnaitre, mais cela ne sera que du copiage.
Poétes et artistes ne s'y sont pas trompés, qui ont pris la nature pour support. On peut si facilement la faire parler.
Elle nous donne tant de repères...

Un champ de coquelicot me fait toujours vibrer. Cette fleur éphémère. Qui a si peu de temps pour nous ravir, semble réchauffer l'atmosphère lorsque jaillissent ces corolles vermillons, prenant un champ tout entier.
Un coquelicot en robe blanche qui se fane, c'est qu'il a été pulvérisé d'herbicide.
Mal aimé de l'agriculteur.
Fleur des champs, fleur maudite, fleur peinte, fleur écrite... Cette fleur aime les champs en jachère.
Au lever du soleil, il est encore plus beau. L'avez-vous observé dans un champ, balancé par le vent ? Ils semblent danser dans un seul mouvement. Ou alors ils s'accrochent parfois, pour ensemble tourbillonner. Le rouge semble alors changer. Tantôt vif, tantôt presque grenadine. Symboliquement, selon ce qu'on dit, le coquelicot évoque l'ardeur fragile.
La nature ne dort jamais.... et moi je m'essouffle. En une seule journée je ne peux la cueillir.

Lorsque je regarde ainsi la nature matinale, dès que je m'invite dans ses cours, il m'est tellement facile de la deshabiller, que je peux même découvrir ce qui se cache si bien.
Nature poésie, ou nature chanteuse, l'indifférence m'est impossible...





"Pour le bonheur, il faut parfois arrêter le progrés et le mettre de côté"

"La consommation ne donne pas forcément le même plaisir que celui de partager avec ses amis"

Publié dans Regards

Commenter cet article

nadia-vraie 07/07/2008 02:50

Je viens te souhaiter une belle semaine avec Alrisha,profitez-en bien et je vous souhaite de la joie,du rire et du bonheur.Bon voyage et bises:0010:J'ai bien hâte d,avoir de tes nouvelles tu sais.

nadia-vraie 06/07/2008 06:18

Je me croirais avec toi dans cette nature que tu sais si bien décrire.Bon dimanche et amitié.

Quichottine :0059: 05/07/2008 16:41

Tes deux images sont magnifiques !En te lisant, je me disais que c'était beau d'arriver à tant ressentir et à le dire.Merci.

Alrisha 04/07/2008 23:13

Bonsoir Sonia ! Quand je lis ton texte, je te vois chez nous, la fenêtre de la chambre ouverte à écouter les oiseaux et à admirer les flans de la vallée.J'ai hâte de te montrer ma belle campagne !Gros gros bisous et bonne nuit Sonia