Rayonnante de charme

Publié le par sonja


L'aube vient à peine d'ouvrir ses vannes lumineuses.
La lumière donne libre court à son éclat. C'est en vagues qu'elle monte ou descend dans la vallée. Les ombres elles-mêmes s'éclairent. Elles sortent de leur nuit. On peut s'y cacher avec moins d'appréhension.
Dans la zône rocailleuse proche, on est en attente du soleil. On l'espère. On s'y expose.

En petites touffes sérrées de fleurs blanches et roses au centre, l'orpin blanc semble sourire au matin. Un instant, la fleur frémit d'aise. Peut-être a-t-elle envie de danser, pour sa robe délicate défroisser.
Tout à côté se tient la secrète clairière, dont la fraîcheur bienfaitrice fera le bonheur de ses habitants.
Les cigales, déjà entonnent leur chant oxidé. Ces reines du bruit ondulé portent gros yeux aux quatorze mille facettes. De quoi avoir une vision simultanée à gauche et à droite. Notre méridional insecte démarre son refrain, sur un air ensoleillé. De quoi emplir les têtes de gaieté.

Le serpolet au parfum de thym sauvage chatouille l'odorat vibrant des senteurs de la vallée.
L'épineuse garance accroche son fruit aux pulls et à la laine des moutons. Mais ce sont les enfants qui aiment le plus les retenir, pour de joyeuses batailles colorées.
Les murets réfléchissent les premiers rayons.
Les agneaux sortent de leur cabane de pierres sèches, déjà trop petite pour le troupeau.
Une balade toute faite s'imisce dans un coin de la pensée. Elle vole au devant d'autres offrandes natures.
Elle reconnait les plantations de noyers et les ombres fraiches cotoyant les champs de maïs. Une folle envie de goûter aux cerneaux enrobés de cacao s'empare du contemplateur. Sous son austère apparence la noix offre son fruit généreux. Ne l'emploit-on pas pour en faire de délicieuses patisseries, ou du fromage ? Les chocolatiers se sont pris eux-mêmes de tendresse pour le fruit. Ils nous préparent de fines gourmandises...
Quand aux amateurs d'huiles, ils l'ont adopté à leur tour. Gouteux fruits qui se laissent facilement aimer !

Avec le coeur de ses fleurs bleu vif, la chicorée illumine le chemin emprunté. Un bien joli tapis d'étoiles rieur...
Un sifflement limpide court à travers le rideau de peupliers. C'est de la bonne humeur en ailes.
Le promeneur est en pleine évasion... il n'a pas fini de découvrir.
Le chemin se serre contre l'eau qu'il longe. Les aulnes prêtent leurs racines, pour la berge maintenir. Elle s'entoure d'une foisonnante végétation. Verdoyant abri offert aux oiseaux et petits mammifères.
Les branches s'égouttent au-dessus de l'onde. En perles retombent.

De balcons en points de vue, le paysage se donne aux ailes. Les milans noirs sont en festival. Ils guettent les aloses épuisés, emporté par le courant. Le solitaire faucon crécerelle traverse l'assemblée. Plus prêt des herbes folles, c'est le faucon hobereau qui passe.
En quête d'un frugal repas, ils attendent le bon moment, pour fondre sur la proie.
Depuis la falaise proche, le faucon pélerin observe le ballet des voiliers. Rien ne presse. Son festin est dans les près.
Descendre un sentier pour passer à découvert, et les fossés s'illuminent. le regard rencontre les fougères dans un décoiffé de verts. L'épeire diadème a monté sa grande toile verticale. Sous l'éclat du contre-jour, sa délicate broderie translucide se dévoile.
Bientôt, dans le ciel, les martinets disputeront les nuées au faucon pélerin.
Immobile, le héron semble figé dans le décor. Il guette une proie. Lui aussi est patient.

Le genêt, le chevrefeuille et l'aubépine, sous le taillis ont fleuri. Même la violette fait sa coquette.
Le rouge coquelicot se donne à la brise.
Rayonnante nature qui dès l'aube, emballe la faune.

C'est avec la plume qu'on l'invente en rêves.
On y place des fées et de la poussière d'étoiles.
On la chante parfumée.
Pour une entrainante folie de l'esprit, c'est de rêve qu'on l'habille !

Une sortie nature, un reportage, quelques photos seules suffisent... pour qu'on voyage avec elle.
Ou bien qu'on ouvre nos ailes, pour nous envoler haut dans le ciel !

La magie on peut l'inventer, même assis sur son banc solitaire...



Publié dans Regards

Commenter cet article

nadia-vraie 02/07/2008 21:49

Oui,on peut rêver beaucoup sur un banc.Quand tu auras ton ordi,il faut que tu vois Le diapo"L'art avec les crayons"car c'est très beau.Pour le texte "le bol de bois"il a été lu beaucoup et c'est vrai qu'il est choquant mais la morale est tellement forte que je l'ai mis,si cela peut en réveiller quelques uns ce serait formidable.merci pour tout Sonia,tu es bien gentille.Amitié et bises.

nadia-vraie 02/07/2008 21:49

Oui,on peut rêver beaucoup sur un banc.Quand tu auras ton ordi,il faut que tu vois Le diapo"L'art avec les crayons"car c'est très beau.Pour le texte "le bol de bois"il a été lu beaucoup et c'est vrai qu'il est choquant mais la morale est tellement forte que je l'ai mis,si cela peut en réveiller quelques uns ce serait formidable.merci pour tout Sonia,tu es bien gentille.Amitié et bises.

Ad'A 27/06/2008 23:05

Calfeutrer la magie du rougeLibérer les coquelicotsEssuyer la madeleine de Monsieur ProustVerser une larmeDéposer les armes...Ad'A

Nani ~ 11 20/06/2008 11:27

Merci Sonia pour ces beaux textes et ces belles photos. J'adore les champs de coquelicots. Merci aussi pour vos commentaires sur mon blog. J'ai enfin réussi à agrandir mes photos. Dès que j'aurai le temps, je vous enverrai 1 commentaire en rapport avec "la forêt" du Massif de la Clape (voir votre commentaire sur mon blog)Amicalement, Nani~11

nadia-vraie 19/06/2008 22:53

Je rêve aussi.Bon vendredi Sonia.Amitié.