Derrière la porte close...

Publié le par sonja


Le propre du manipulateur, avant toute chose, c'est de se faire une place dans l'esprit de celui qu'il va s'ingénier à posséder. Pour cela, il procédera par étape.

La première sera d'évaluer ses chances de réussite. Il prendra tout son temps pour atteindre son but.
Le manipulateur n'est pas quelqu'un de préssé. Il n'a pas besoin de l'être. Il ne dévoilera pas, non plus, ses objectifs. Il ne s'inquiétera donc pas pour ce qu'il peut projeter de lui. Le paraître lui est acquis d'avance.
C'est d'ailleurs ce qui comptera le plus pour lui. Il y oeuvrera, sans répis.

La seconde sera de savoir qui vit dans l'entourage de sa future proie. Il faut bien qu'il sache à qui il a affaire, pour ne pas devenir lui-même, le piégé.
On comprend dés lors, que celui qui deviendra sa "chose" doit automatiquement se sentir déjà psychologiquement, en souffrance. La solitude intérieure étant l'un des points requis. Dans tous les cas, il faudra qu'il trouve une faiblesse quelconque chez l'autre. Un terrain favorable pour y oeuvrer à son aise.
C'est ainsi qu'il n'hésitera pas à faire connaissance avec les proches de sa "prise". Il observera leur comportement. Il voudra tout savoir sur eux. Et notamment sur leur passé. Pourquoi ?
Ce seront ces matériaux là qui serviront sa cause. Le chantage faisant parti de l'une des pratiques courantes dont il aura recours tant de fois.

Dans la tête du futur manipulé, il faut donc qu'il y ait du vide. Beaucoup de vide moral. Quand à sa famille, elle aura toutes les caractéristiques d'un manque évident de rapports solidaires. Bien que ce ne soit pas une généralité.
Dès qu'il sait cela, il démarre son numéro de séduction.
Il fera une cour pressante, auréolée de douceur. De tendresse. Il se sent animé par un besoin de protéger. De prendre sur lui tous les malheurs de l'autre. Il se fera appaisant. Fort. Prêt aux plus grands sacrifices.
Il est un peu vantard parfois, mais le dominé ne s'en rend pas compte. Il est férré. Et pour de bon. Plus personne ne pourra le faire dévier de l'acceptation totale, car dans son coeur il n'y a plus de place que pour le manipulateur.
C'est ainsi que sa vie il la mettra entre ses mains.
Il est en totale dépendance.

Difficile à croire. Pourtant...

Etant enfin en terrain conquis, quelle sera l'étape suivante ?
Rien de moins que d'imposer ses règles. Sa loi. Sa raison.
Il se dévoile. A petites doses, mais de manière très violente, pour que l'autre n'ait aucun doute sur ses intentions.
Le piégé l'aime. Donc, il s'exécute. Il pense même qu'il a sans doute mal compris ce qui se passe. Il culpabilise, d'autant si son passé reste pour lui un point d'interrogation. Dans tous les cas, dans sa tête, c'est ce qui trottera le plus souvent. Ce passé qui dérange. Même s'il a pour cadre son enfance. Le manipulé pensera bien des fois, qu'il mérite ce qui lui arrive.
A ce stade, on peut dire que le manipulateur a réussi au-delà de tout ce qu'il pouvait imaginer.
Pourquoi se gênerait-il pour composer avec la voie royale, ainsi offerte avec tant de complaisance ? 
Plus de barrière. Plus de limite.
C'est ainsi qu'il poursuivra...  pour atteindre une autre étape.
Celle de faire le vide autour de sa proie. Ca le servira plus tard, il le sait. Il réussira effectivement à devenir le maitre incontestable de ce règne de la terreur et de la manipulation. Il a l'art et la manière. L'expérience aussi, puisqu'il s'entraine depuis tant de temps. Et durant des années.
Un véritable artiste. Il sait éliminer les obstacles, haut la main. Tous les cas de figures il peut même les imaginer. Car il est en préparation constante dans sa tête.
Placé dans son contexte, dans un cadre bien réel, voilà ce que cela donne :

Je me servirais pour ce faire, du cas le plus courant. Celui qui a lieu dans le foyer, derrière une porte close.

Voilà donc le mari en pays conquis. Sa chose accepte tous ses désirs. Tous ses plaisirs.
C'est ainsi que va s'installer une ambiance particulière. Ponctuée de violences physiques, mentales et sexuelles. Avec des alternances, de moments de calme. Ce qui n'est pas pour rassurer la femme, car à tout moment, sans qu'elle comprenne ce qui la déclenche, il entrera dans une fureur qu'elle ne comprend pas. Et qu'elle ne saura pas gérer.
Elle ne sait même pas ce qui est le mieux. Le calme apparent, ou bien son vrai visage. Celui de l'horreur. Celle de l'escalade de la violence. Elle sait qu'elle est en train d'aller droit vers une mort lente, mais irrémédiable, de son psychique maltraité, mais elle ne peut et ne sait comment sortir de ce piège.
La victime a l'impression de n'être qu'un corps qui ne répond plus à aucune de ses injonctions. Très vite, elle vivra par personne interposée. Elle voit son corps. Elle le touche. Elle sent sa présence.
Mais ce qui était son propre esprit de raisonnement, en un mot d'intelligence pratique, il en est sorti.
Elle ne se reconnait plus. Toute sa personnalité lui a été volée. Violée !
Ce qu'elle voit se mouvoir, ce n'est pas elle. Elle va ainsi durant de nombreuses années, vivre en automate. Désarticulée. Et en miette, intérieurement.

Elle fera tout ce qu'il lui dictera. Ce sera le huis clos. Un silence sans retour. Car entre temps, des enfants sont venus asseoir sa vie vide de sens. Difficile à partir de là, de chercher le moyen d'échapper à la situation si bien installée. Elle ne pensera plus qu'à ces petits êtres fragiles qu'elle ne saura pas protéger de la bonne façon. Son amour de mère il l'anéantira également.
Ce sera toujours sur cette corde sensible qu'il appuiera sa toute puissance. Il a toute autorité.
Pour l'observateur, le manipulateur a un tout autre visage. Un tout autre discours. Le plus terrible sera qu'il va à tout moment présenter sa femme comme le génie du mal. Il l'emprisonne définitivement.
Sans aucun état d'âme. Jusqu'à atteindre son but. Car sur le long terme, il a des projets. On ne chaume pas au royaume du manipulateur...

Après la mère, les enfants prennent le relais. Il faut qu'ils n'oublient jamais qu'il est maître à bord. Lui seul !
Même les turbulences de la petite enfance ne seront pas admises. Attention à ne pas trop sourire.
Au pas les enfants !
Dans le silence, on supporte la pression et toutes les violences.
Les privations. L'humiliation. Maltraitances sur les enfants, et sur la mère, sans interruption.
Lorsque les arguments manquent, on n'hésite pas à proférer des insultes. Un vocabulaire à faire honte même à ceux qui sont coutumiers de ce genre de langage.
L'esprit de domination. Du pouvoir total ! Ses jouets à lui.
Cela devient de plus en plus intennable. Les enfants grandissent. Les voilà adolescents... ou presque pour d'autres.
Parfois enfin, tout ce petit monde ose sortir de son silence. On essaie d'aller chez ces amis d'antans, ou la famille qu'on croyait acquise à sa cause. On implore du secours. On dénonce l'incroyable.
Trot tard ! 
En face on écoute parfois. Sous le coup de l'émotion, certains essaient de réagir, ou sont prêts à intervenir. Seulement voilà, dès que le manipulateur se sent presque piégé, il intervient, et les bonnes âmes reculent. Pourquoi ? Que s'est-il passé ?
On a déjà oublié ?

Le manipulateur a eu tout le temps de préparer les têtes. Souvenez-vous... il a fait le vide autour de sa famille.
Il a eu le temps de manipuler d'autres têtes.
Les amis, ils sont à lui. Pas à sa femme. Il en a le monopole. Il suffit qu'il passe derrière les plaignants, même s'il s'agit d'enfants, pour que tout rentre dans l'ordre.
Le vide partout. Les menteurs, ce sont les victimes. Ce sont les victimes qui lui veulent du mal. La mère est l'instigatrice de ce montage de tête chez ses enfants. Ben voyons...

Et les marques de violence, et l'état psychologique de cette famille en démolition, ça n'interpelle pas ?
Les témoins malgré eux, qui ont vu certaines choses, ils ne comptent pas ?
Voilà une situation qui peut durer de nombreuses années. Et qui va durer plus de trente ans.
Pour cause d'aveuglement volontaire ou involontaire. Ou par le fait d'une manipulation savante.
Orchestrée dès les premiers instants d'une lune de miel... pour le miel, en l'occurence "amer" !

Combien de femmes, d'enfants sont ainsi brisés par le seul fait d'un personnage hors norme ?
Et lorsque la chose est dévoilée, il n'y a qu'à interroger ceux qui ont subit la chose, pour vite se rendre compte des dégats commis.
On les a brisé, tel le roseau qu'on casse. Pour réparer, il faudra combien d'années ?

J'ai bien du mal à comprendre une telle psychologie chez tous ces manipulateurs, et de toutes sortes.
Ainsi que de tous ces silences qui tuent !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DJU770 11/06/2008 06:35

La manipulation existe aussi dans le milieu professionnel et fonctionne sur les mêmes rythmes : analyse, séduction, envahissement, isolement, dirigisme, culpabilisation, souffrance...Le (la) manipulateur(trice) est parfois lui-même un malade à qui il manque certains piliers d'équilibre mental (affection, confiance, respect, ...)entrainant des névroses diverses (paranoïa, schizophrénie, ...)Le pire, c'est quand le manipulateur (lui-même malade) ne se rend pas compte de la gravité et de la portée de ses actes, et se persuade parfois des meilleures intentions à l'égard de ses victimes (c'est pour son bien...).Enfin, il est difficile à dépister et à dénoncer, car le manipulateur agit avec le consentement de sa victime...Je pense que le meilleur antidote est de toujours conserver des liens, des relations avec plusieurs personnes. C'est l'occasion de jauger, de comparer l'évolution de situations confuses, de débusquer des pièges, et de recueillir l'appui d'avis extérieurs, avant que le piège ne se referme.L'isolement, l'égoïsme, et l'indifférence sont le terreau où fleurissent de telles situations.Merci pour avoir dénoncé cette cause de souffrance, plus répandue que l'on ne croit. DJU770

florence 01/06/2008 06:06

Sonia. On ne peut que te remercier d'avoir évité ces souffrances à de nouvelles victimes.Ton analyse est serrée

cath 31/05/2008 14:13

Grave sujet et malheureusement tu ne parles pas de fiction.  Violence physique et psychologique et la manipulation existent bien plus qu'on ne le croit et les dégats laissés ne sont pas réparables, je ne pense pas. Le silence des proches et des témoins est effrayant...Une marche silencieuse a été organisée à Montreuil, ville ou je travaille pour une nmmée Maria, abattue récemment d'un coup de carabine par son mari, aprés des années de sévices. Et les voisins, ils n'avaient jamais rien entendu?

Alrisha 30/05/2008 20:48

Sur Europe 12 et dans les journaux, j'ai entendu ou lu le calvaire de ces femmes. Je bous et saute de colère dans la cuisine quand j'entends de tels agissements. Tout comme toi, je n'arrive pas à comprendre de tels plaisirs à faire mal à l'autre et à le dominer jusqu'à l'humilier. De l'autre côté, le manipulé doit être dans une grande détresse au départ pour ne pas se rebeller. Moi, je crois que tout valserait dans la maison si cela arrivait.Quel article douloureux ! Ouh, je suis en ébullition.

nadia-vraie 29/05/2008 06:07

Un petit bonjour pour toi Sonia,j'ai hâte que ton ordi soit réparé.Bon jeudi et Amitiéje suis contente carbeaucoup depersonnes sont venues lire cet article.byebye