Planète bleue

Publié le par sonja

panneaux-insolites-palmiers-plages-vao-nouvelle-caledonie-5686151386-893367.jpg

Un panneau qui attire la curiosité, mais qui en dit long sur nos comportements.
Même un tel "Paradis" souffre de l'inconséquence humaine. Ou de son sans gêne.  Ici, un chemin qui mène jusqu'à la plage où un sable fin et chaud accueille le visiteur. L'océan ou la mer à nos pieds, c'est délicieux.
Voilà pourquoi il y a des obligations à ne pas oublier. Celle de rendre à la nature toute sa noblesse. Oublier     lors de notre départ d'un tel lieu, nos saletés ou un objet  qui nous appartient, pourrait porter préjudice à ce petit coin agréable et généreux.
Ce lieux se trouve sur une ile. Ici il s'agit de la Nouvelle Calédonie. Mais de plus en plus d'iles se font envahir par des touristes irrespectueux et égoistes. 
Ne pas jeter un papier, même tout petit, au sol, n'est sans doute pas grand chose à nos propres yeux. Pourtant...

La nature se plaint de plus en plus de toutes ces petites choses qu'on jette depuis le début de ce siècle.
On ne recycle plus, pas le temps. C'est si facile de lacher sa machine, lorsqu'on veut en changer. Ou seulement de l'oublier sur un chemin dissimulé. ...
Les personnes habituées à avoir trop, ou celle qui profitent ,sans se poser des questions, du bien être que procure la technologie, raisonnent à l'envers. Nos rapports avec la nature ont quelque chose d'irréel. Il semblerait qu'on ait du mal à accepter que nous avons vraiment souillé ou saccagé notre environnement vital.
On continue de profiter, et tant pis pour demain.

Les violentes tempêtes, les cyclones à répétitions, ce réchauffement qui fait cauchemarder même les scientifiques, depuis quelques années, ne fait pas plus bouger que cela.
Tout ce qui est fait, c'est de signer traités et engagements, mais pour une date qui tient presque du ridicule.
On veut bien commencer à faire, à bouger certaines choses, à collaborer... mais pour dans 15 ans ou 25 ans.
Le monde de la politique et des industriels s'accordent sur la valeur nature, à condition que ce ne soit pas pour tout de suite. Ils pensent avoir le temps... sans doute est-ce vrai... ou peût être pas.
En attendant, le cancer qui mine notre planète prend de l'ampleur, et cela se manifeste par des réactions météorologiques qui dépassent l'entendement. Les pays les plus pauvres sont encore à contribution. 
Des vents forts et les eaux emportent tout sur leur passage. La vie humaine est peu de chose dans ce cas là.
La France est encore à parler "écologie", quand il faut vraiment agir. On peut penser que Monsieur Hulot a parlé en vain lors de la campagne présidentielle. On s'en doutait tout de même un peu...

Sans penser "catastrophe", il n'est pas mal d'être tout de même assez réaliste. Avoir la prétention de calmer les esprits, c'est très bien, mais en faire un peu trop, c'est tout de même marcher un peu à côté de ses "pompes". Ou sur un fil de trapeziste.
Etre réaliste ne signifie pas devenir négatif. Bien au contraire, car à trop vouloir minimiser les choses ont fini par être pris au piège de la bétise.
Nos préoccupations restent toujours égoistes. Elles passent par nous tout d'abord.
Une bonne partie d'humains agissent, et celle des hautes sphéres ne s'en soucient. Que de choses il y aurait pourtant à faire...

Mais à notre niveau, bien petit très souvent, nous ne pouvons qu'apporter une contribution assez mince.
Ce qui ne doit pas nous faire renoncer à continuer.
Alors, quel que soit le lieu de balade ou de villégiature où nous allons, même un tout petit geste, il comptera pour beaucoup.
Notre "Paradis", il est avant tout, autour de nous.
Et lorsque je regarde toutes ces photos qui s'offrent à nos yeux dans les blogs, je me dis que celui qui organise de cette façon là la beauté, c'est qu'il aime la nature. Donc, il la respecte. D'autres le disent avec des mots, des coups de pinceaux, ou de la musique...   voyager ainsi à travers ces paisibles lieux, c'est un plaisir mental. Et tellement encourageant à continuer de respecter notre planète.

Je retourne sur mon ile... rêver encore un peu, de notre planète bleue.

532050928-8c4061d8b8-copie-1.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fileusedelune 03/11/2007 12:22

Il y a de beaux discours depuis des années et la planète s'en va à la dérive, petit à petit......Je vais répondre à Alrisha: je faisais comme toi... nous venons donc d'un même monde....Bonne journée à toutes les deux...

Alrisha 02/11/2007 21:21

Encore des mots qui sonnent juste Sonia !Une petite anecdote: si tu savais que je ramasse les papiers à terre très souvent. Dans mon village en allant à la bibliothèque. Quand je me promène, il m'est déjà arrivé de prendre un sac plastique et de ramasser ce que les gens jettent. Les gens me regardent et se demandent si je vais bien. Crois-tu qu'ils ramasseraient eux aussi ? Mais non !En classe, tous les soirs, je tenais à ce que les gamins ramassent leurs papiers avant de partir. Bisous Sonia !