Amour de loutre

Publié le par sonja

loutres-royan-france-5490991474-877927.jpg

 

autres-animaux-autres-mammiferes-vancouver-canada-2655908466-29187.jpg

 

Déesse des eaux pures, la loutre ne nous honore plus de sa présence. Ou si peu.
Les rivières, les étangs et bord de mer français ne sont plus les lieux privilégiés de ce gentil animal. Frimousse ébouriffée. L'oeil vif. Joueuse à tout instant de la journée. Il fut un temps où on la considérait comme nuisible. Elle fut chassée de façon honteuse et avec acharnement.
L'homme le grand responsable, avait la voie libre pour poser ses piégeages. Il s'est ingénié à transformer son milieu environnemental.  Conjugué à la pollutions sous diverses formes, ce sont les cadeaux humains sur leur environnement.
C'est à partir des années 1930 qu'elle commence à régresser. Au nord tout d'abord. Puis à l'est et au sud est.
Selon les premières enquêtes nationales présentées dans les années 1980, l'espèce se maintenait dans une douzaine de départements.
Avant sa protection officielle en 1972, la loutre était persécutée pour sa belle fourure et revendue à prix d'or.
Aujourd'hui heureusement, le piégeage n'est plus pratiqué sur cette espèce. Par contre, la destruction des rivières, le recalibrage, l'assèchement des marais et l'amènagement des côtes marines sont toujours d'actualité.
La pollution des eaux véritable fléau, est d'autant plus dangereuse qu'elle est pernicieuse : les rejets des effluents d'usines ou d'égoûts empoisonnent litteralement rivières et océans.
Plus pervers encore : les polychlorobiphényles (PCB). Intervenant dans la fabrication des matières plastiques, ces éléments quasi indestructibles sont libérés dans l'air pendant leur combustion sur les décharges ou les incinérateurs, puis retombent avec la pluie. Ceux ci s'accumulent dans les tissus végétaux ou animaux, ils augmentent au fur et à mesure que l'on monte dans la pyramide alimentaire, et sont donc fatal à la loutre d'Europe.
Chez la loutre, le jeu constitue un moment essentiel et privilégié de la vie sociale. Dans l'eau les petits s'amusent avec leur mère, et font les petits fous. Se poursuivant dans le liquide bienfaisant. Ils s'essaient à des combats simulés, ou à s'attraper la queue. 
A terre, on a pu les observer s'accordant de bonnes parties de luge le long d'une piste de boue, de neige ou de glace. Elles foncent la tête la première, puis, parvenant en bas, remontent et recommencent indéfiniment.
Un régal pour les yeux. On a une vraie envie de les suivre dans leurs jeux.
Elle chasse surtout la nuit et à la nage. Elle est d'une endurance et d'une adresse incroyables.Ce qui lui vaut sa place au sommet de la pyramide alimentaire. En dehors de l'homme, une loutre adulte n'a jamais connu de réels prédateurs. Les poissons comptent pour 50 à 90 % de son alimentation. Elle raffole aussi des écrevisses, des rongeurs, et de bien des oiseaux aquatiques, tels  foulques ou canards.
En hiver, elle a l'ingéniosité de creuser un trou dans la glace, et chasse sous l'eau.
La loutre aime beaucoup s'installer dans les racines des gros arbres de la rive, ou dans les éboulis rocheux.
Son pelage est composé de deux couches : le poil de bourre, court, très fin, dense et laineux. Et le poil de jarre, long, lisse, brillant et imperméable.
Sa tanière, qu'on appelle catiche, de l'ancien français "se catir" qui veut dire "se blottir", ou "se cacher", s'installe entre les racines des arbres des berges des cours d'eau ou dans d'autres cavités. Cavité rocheuse, tronc creux, terrier d'une autre espèce. La catiche contient souvent une entrée plus ou moins dissimulée au dessous du niveau d'eau et un conduit d'aération.
Animal ingénieux et attachant. La loutre de mer en l'occurence, utilise des outils.
Elle est un excellent baromètre pour connaitre le degré de pollution de nos océans.
La présence de la loutre ou son absence sont de précieux indices de la qualité des milieux, et particulièrement des eaux.
Tout est beau dans ce gracieux animal.
Sa presque disparition a fait du tort à notre environnement. La conscience humaine est bien étroite lorsqu'il s'agit de la nature avec toutes les beautés qu'elle renferme.
De grandes batailles de mots, de traités, de questions de gros sous, de politique stupide, et d'un aveuglement qui comptera son pesant d'or pour toute l'humanité.

Encore un sympathique reportage que j'ai aprécié, et que je relis regulièrement. La faune est une grande donneuse de leçons. Elle nous offre sans cesse des repères sur notre environnement. Mais l'homme veut toujours essayer d'autres plans. Se dit intelligent au point de laisser passer l'essentiel, le plus important... alors, voyageons dans cette si grande intelligence barbare.

Depuis de nombreuses années un homme c'est épris de cet animal délicieux. Christian Bouchardy. Il s'est particulièrement intéressé à la loutre. Avec son appareil photographique il l'a suivi et la suit sans doute encore aujourd'hui.
Frédéric Dieudonné a trouvé les mots pour boucler son reportage.
On parle peu de ce petit animal, et j'avais envie de plonger l'instant d'un texte, avec ce coquin d'animal, rapide et futé. Voilà qui est fait...


213201817-601d675c29.jpg


















Loutre-des-pyrenees-ossau-2002-copie-1.jpg

 

 

Commenter cet article

Alrisha 29/10/2007 19:36

J'ai déjà regardé des reportages à la télé sur la loutre. C'est vrai que c'est un animal tout-à-fait attachant. C'est une grande curieuse et ta dernière photo le prouve bien.Bonne fin de soirée Sonia ! Espérons que demain il fasse plus beau chez nous !Bises