C'était il y a trois jours...

Publié le par sonja

1572-774940132-alger-ozone-H172610-L.jpg

Le ciel est gris.
Le ciel a de nouveau tiré sa couverture nuageuse. Je n'ai même pas vu le soleil se coucher. Sa lumière n'a pas percé. Le crépuscule s'installe plus tôt. J'observe les vagues nuageuses avancer lentement. Leurs formes changent en marche. Ce ciel bas sent l'orage. A certains moments il y a comme un roulement. Des craquements diffus. Le ciel gronde  au milieu de ce moutonnement.

Les martinets sont encore là. Ils tournent sans arrêt. Sifflements et cris, par vagues ils envoient. 
Des oiseaux traversent les routes du ciel. Il est temps pour eux de rejoindre leurs chambres à coucher. 
Les passereaux lancent leurs dernières trilles. Les merles chantent la pluie. Nos amis du jour ne vont plus tarder à entrer dans la nuit du sommeil. Mais c'est déjà le signal pour d'autres, de prendre la vie de nuits...
Les lampadaires de la cité s'allument. Nous ne sommes pas loin des 22 heures. Décidement, je ne cesse d'être surprise par le quartier. A partir d'une cetaine heure, plus de bruits. C'est le calme dans la cité, malgré les nombreux immeubles qui se cotoient. Même la tour proche semble être habitée par des absents.

La fraicheur me serre. Mais j'aime. Les quelques arbres de l'autre côté de la rue ne frissonnent pas.
D'où vient ce petit air sympatique ?
Je vois deux petits bouts de montagne, au loin.
Depuis mon salon me parvient la musique douce des notes d'un piano. Voilà une heure, j'ai mis un CD dans dans la chaine. Quelle musique délicate et prenante. Le piano... de la noblesse dans la fluidité des notes en continues.

Je n'ai pas encore allumé la lampe du salon. J'arrive à écrire parce que la lumière de la ville s'est imposée dans les lampadaires, proches de mon balcon.
Voilà plus de deux heures que ma paisible soirée me donne toutes les raisons d'aprécier le mouvement du temps qui passe.

Je sens des moustiques tourner autour de moi.
Mes deux chauves souris n'ont pas encore commencées à raser mon balcon. je vais m'amuser à les suivre durant un bon moment, comme à mon habitude. Curieux petit animal qui investit parfois nos villes...

La nature me laisse rêveuse. Avec elle, c'est toujours de nouvelles aventures. On ne peut jamais la regarder de la même façon. Parce que rien ne se forme à l'identique. Chaque jour, même dans les mêmes gestes, il y a variation. C'est dans sa régularité qu'on pense la ressentir identique. Le plaisir des yeux. Celui du coeur.
La nature fait son remu-ménage dans nos profondeurs.

Ces soirées projetent les pensées au delà de notre espace réduit, de nos murs, et de notre quotidien.
Porte ouverte à des échappées mentales. Ou à des questionnements.
C'est dans le calme que je laisse courir mes émotions du moment.
Eprouver même ce besoin d'écrire, ce temps qui passe... Lorsqu'on est dans un silence constant, dès qu'on franchi la porte de sa maison, on peut ressentir ce sentiment.
Parler, même avec sa plume...



Publié dans Tranches de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flo de Sendai 22/07/2007 03:32

Bonjour !Moi aussi, j'aime beaucoup regarder les petites chauve-souris le soir qui font du raze-motte, il y en a beaucoup, ici !

Michka :0014: :0010: 20/07/2007 21:09

:0014: merci de ton passage, Sonia :0010:

Alrisha 20/07/2007 17:11

Etre seule dans le silence et goûter ce plaisir: c'est presque être philosophe.Dire qu'il y a des familles qui ne vivent que dans le bruit, les cris, les mouvements de toutes sortes. Quand je vais aux permanences de la bibliothèque, des mamans sont devant l'école à attendre leurs enfants rentrant de l'école par le car. Certaines ne laissent même pas le temps à leurs gamins de s'approcher d'elles sans qu'elles leur crient des violences verbales à tue-tête. Je les connais, mais je suis toujours aussi choquée de les entendre; je ne m'y habitue pas.La paix intérieure, ça c'est le bonheur.Bises amicales Sonia.

agathe 20/07/2007 12:52

la nature te laisse rêveuse, mais comme tu racontes bien , c'est du bonheur de te lire, j'y trouve la paix , tous tes écrits sont merveilleusement doux je t'embrasse Sonja 

sonja 21/07/2007 08:10

Coucou Agathe,La nature c'est une poésie... des contes... des légendes... et des histoires...Et mes écrits ce sont des plaisirs de raconter et de decrire, même si encore loin des mots qui pourraient lui rendre hommage avec plus d'exactitude.Merci pour tes petites visites... Bisous et bonne journée