En prose aussi...

Publié le par sonja

digi_moineau_0405.jpg Sur un soleil éclatant j'ai ouvert le balcon.
Tout est explosion de couleurs.
L'astre de jour vient à peine de s'élever à l'horizon.
Mais notre étoile donne déjà le ton.
Son éclat rend l'espace presque transparent.
C'est une vraie réjouissance que ces matinales entrées.
Une jolie brochette de moineaux sur une arrête de toit posés.
Les martinets envahissent déjà notre ciel proche.
Ils tournoient entre maisons et immeubles.
Quelle vitesse folle !
L'arbre qui accueille les corneilles a commencé à s'agiter.
Au dessus de lui, 
ces noirs oiseaux s'élèvent et crient.
Que de bruits !
La ville est encore dans son sommeil.
Fraicheur et calme du moment.
Voilà qu'au dessus de Roanne,
de nouveau je décolle.
J'ai déjà un pied dans la nature.
Mais j'ai hâte de partir en maraude.
Rien ne vaut un coin de campagne pour s'éloigner du rivage en pollution.
Un peu de rêve,
pour la réalité accepter.
Décrire ses sentiments au creux de son imagination,
en prose aussi.
Aux délices des premières heures de la journée,
je ne me lasse de goûter.
Echappées mentales,
sur un baiser soleil.

Je retourne rêver...

Publié dans Prose poétique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mohamed A. 04/07/2007 07:37

Si tu retournes rêver, enmène-moi avec toi. J'ai pourtant promis à mon coeur de ne plus le faire mais tes textes sublimens m'ont fait changer d'avis. La derière fois que j'ai rêver, Sonja, la voici. Je te fais partager ce rêve car je sais que aimes celà. Bravo et n'arréte pas surtout de nous faire rêver.Juste avant le crépuscule, je crois avoir fait un rêve.Alors que tous les êtres vivants, y compris les apôtresLe font depuis toujours avant que le soleil ne se lève,Mais mon rêve n’était pas tout à fait comme les autres. J’ai vu là, une fée en lumières qui me prenait par la mainSa chevelure tamisait les éclats de son charme captivantSans rien dire et en douceur, empruntant un petit cheminElle m’a pris dans un monde où le bonheur était bien vivant. Elle m’a dévoilé des sites fabuleux qu’avant, je n’ai pu entrevoirDes paysages enchanteurs qu’elle a dû façonner de ses doigtsDes  merveilles veloutées auxquelles je ne pouvais pas  croire,Mais aussi des mélopées et romances agrémentées de sa voix. Là, un volcan d’amour et sa lave de miel qui parfume la terre,Des forêts garnies de plants en forme de bouquets d’églantinesUne pluie de bonheur en satin coloré qui tombait de l’universEt tout cela, sous la litanie à peine audible de petites ballerines. J’étais tellement ravi et épris que je ne voulais plus en sortirEtre dans l’éden et vouloir le quitter est une chose insensée,Vivre ici près d’une fée le reste de sa vie et ensuite y mourirEtait je présume, la plus belle et la plus ardente des pensées. Mais juste au moment où je voulais savourer ces splendeursUn vent froid est venu balayer ce coin où je m’étais endormiMa jolie fée et ses lumières, son Eden avec toute sa grandeurSoudain se sont éteint, me laissant seul, solitaire et sans amis. J’ai tenté en vain de narrer ce rêve aux personnes que je croisaisAucune d’elles n’a daigné m’écouter, ne serait-ce qu’un instant«Sottes chimères qui n’existent pas », voilà ce qu’elles disaient,Elles doivent avoir raison, c’est moi qui subsiste là, hors du temps. J’étais sans aucun doute dans un ouragan qui pouvait m’être fatalNager à contre courant ou l’affronter était une vraie mise à mortMa plaie si profonde ne sera pas guérie. Le combat était déloyalMais je ne rêverai plus jamais, c’est de là que venait tout mon tort. 

sonja 04/07/2007 08:53

Bonjour Mohamed,Tes petites visites sont au goût de tes belles poésies. Merci pour ces petits cadeaux. C'est un tel plaisir de te lire. Tes textes en rimes sont toujours aussi magnifiques.Et tu sais si  bien rêver aussi... La nature est le cadre le plus magique pour ce genre de sport. Elle est la source de tous les rêves. Et toi même tu te sers de la magie de la nature pour nous parler de ton coeur et de tes voyages... dans cette même poésie, tu te sers d'elle, pour caresser les mots qui chantent. C'est la symphonie de la douceur. Tes rimes c'est du velours.Je te souhaite une excellente journée.A bientôt de te lireSonia

Michka :0014: :0010: 24/06/2007 20:49

toi, les mots.....moi, les photos!!!!!bonne soirée sonja :0010:

sonja 25/06/2007 00:02

Merci pour ta petite visite... et tu as oublié de déposer une photo. Je commence à m'habitue...Aujourd'hui j'ai enfin compris comment on allait chercher des photos pour les mettre sur mon blog. Alors j'ai pu commencer à en ajouter à celles que j'avais déjà sur mon album.Je vais lentement, mais petit à petit j'en apprends un peu plus sur la machine. Et Monique m'a aussi envoyé quelques explications sur d'autres possibilités. Je vais relire tout cela dès que j'aurais un moment dans la semaine.Je te souhaite une excellente semaine.

marc 24/06/2007 16:21

un petit coucouexte encore un joli texte Sonja pour décrire les choses de la vie quotidienne passe une bonne fin de WE :0010:jaguar placide

sonja 25/06/2007 00:04

Merci pour ta visite... et pour tes gentils souhaits.A très bientot et bonne semaine

Alrisha 24/06/2007 10:54

Quel fraîcheur: les oiseaux et la nature! Sublime !Quand tu auras fini la rêverie, tu pourras lire le mail que je viens de t'envoyer avec toutes les explications que tu m'as demandé.Bonne journée !

sonja 24/06/2007 13:16

J'ai fini ma rêverie... ou presque. Je suis en visite de ci de là... les blogs me font voyager vers d'autres horizons. Merci pour ton message explicatif déposé sur ma boite mail. Ca a le mérite d'être clair. Et bien expliqué. J'irais faire ma pro dès que mon indien de petit fils ne fera pas des siennes autour de moi.Il est sous ma chaise actuellement. Il m'a dit qu'il la réparait... lui aussi a beaucoup d'imagination. Un jour je vais compiler tous ses délires. Il y a de quoi s'amuser...A bientôt de te rencontrer.Pensées